Ophtalmie métastatique et ténonite suppurée

0
457

Les altérations anatomiques sont mal connues. Elles aboutissent souvent à une symphyse de l’espace celluleux qui soude le pôle postérieur du globe à sa capsule.

Nous l’observons couramment au cours de l’énucléation nécessite par une ophtalmie métastatique. La soudure du pôle postérieur rend l’énucléation difficile.

Dans le cas de ténonite suppurée, on voit le globe soudé à sa capsule par une couenne purulente. Les tissus voisins sont confondus en une masse larcadée où se voient des abcès miliaires.

Il s’agit ainsi, en réalité, d’une forme localisée de cellulite orbitaire et non pas d’une sclérite nodulaire.

Il n’en reste pas moins qu’il y a un tableau clinique, très bien individualisé, de la ténonite. Son étiologie se confond d’ailleurs avec celle de la sclérite.

L’inflammation de l’espace celluleux rétro-oculaire s’annonce par des douleurs rétro-oculaires et périorbitaires, accompagnées de céphalée frontale.

Bientôt la paupière supérieure devient œdémateuse, rosée ; puis le chémosis s’installe; pâle habituellement plus accusé en dehors.

Après quelques jours se manifeste une exophtalmie axiale, toujours modérée. La pression sur le globe d’arrière en avant est extrêmement douloureuse.

Les mouvements du globe sont douloureux, limités à la fois par la douleur et par l’infiltration des muscles dans le foyer inflammatoire. De ce fait, la diplopie n’est pas rare.

La forme séreuse

Dans la forme séreuse, fluxionnelle de ténonite, l’acuité visuelle n’est que légèrement abaissée ; le segment antérieur du globe est normal.

L'acuité visuelle
L’acuité visuelle

L’affection se résout spontanément en quelques semaines. Il arrive que les mêmes symptômes se manifestent du côté opposé, avec les mêmes caractères.

La forme suppurée

La forme suppurée est le plus souvent la manifestation d’une infection à staphylocoques. Elle peut d’ailleurs être associée à l’épisclérite furonculiforme.

Elle débute avec les signes habituels de ténonite, accompagnée d’une élévation thermique. Le globe, au palper, paraît énorme, capitonné qu’il est par la coque purulente ; il est extrêmement douloureux qu palper.

Vers le 8e ou le 10e jour, apparaît sous le chémosis, à l’endroit où il est le plus accusé, une tuméfaction jaunâtre qui vient bomber au voisinage de l’insertion d’un muscle droit.

La conjonctive s’ulcère et il s’écoule un pus bourbilloneux. A dater de ce moment, les symptômes s’amendent rapidement.
Une baisse visuelle importante peur accompagner cette forme suppurée.

Elle est due parfois aux désordres apportés au pôle postérieur du globe, au voisinage du foyer suppurée ( névrite optique, trouble œdémateux de la rétine au pôle postérieur).

Mais elle est due le plus souvent aux lésions concomitantes du tractus uvéal, relevant du même processus métastatique ; ce sont ces lésions qui impriment à la ténonite suppurée son caractère de gravité.

Le diagnostic de ténonite suppurée est en générale difficile :

Le phlegmon de l’orbite

La ténonite se distingue du phlegmon de l’orbite symptomatique d’une phlébite des veines orbitaires en ce que, dans la ténonite, l’œdème est limité à la paupière ; il est séparé du bord supérieur de l’orbite par un intervalle où le doigt peut déprimer sans douleur les parties molles de l’orbite ; l’exophtalmie est modérée ; le le chémosis est considérable.

Le globe oculaire, au palper, semble doublé de volume, il est douloureux au palper.

La dacryoadénite

La dacryoadénite qui se manifeste, elle-aussi par un chémosis externe est caractérisées par le siège supéro-externe de la tuméfaction, localisée à la glande lacrymale.

 

L’ostéo-périostire de l’orbite

Dans l’ostéo-périostire de l’orbite, qui pourrait de même être provoquée par une staphylococcie, la tuméfaction fait corps avec le bord osseux de l’orbite.

L’abcès extra-périosté de l’orbite, secondaire à une sinusite frontale, est caractérisé par une exophtalmie indirecte, par la prédominance de la tuméfaction dans l’angle supéro-interne de l’orbite.

Exophtalmie
Exophtalmie

La thrombo-phlébite du sinus caverneux, dont le diagnostic est toujours difficile, est caractérisée par la bilatéralité des signes, une exophtalmie plus marquée, et par la gravité des phénomènes généreux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here