Tous sur l’ophtalmie purulente du nouveau-né

0
2544

Il est primordial de connaitre ce qu’il faut faire en cas d’ophtalmie purulente du nouveau-né. Cet article évoquera les formes cliniques, les diagnostics ainsi que les traitements.

Formes cliniques

Forme légère, abortive

On observe plus souvent qu’autrefois, parce que les mesures de prophylaxie sont actuellement mieux observées et le traitement institué de bonne heure, des formes “abortives” de la conjonctive gonococcique ; elles sont caractérisées par un œdème modéré des paupières, une hyperhémie intense de la conjonctive, une sécrétion modérée.

La cornée est rarement atteinte et la guérison se fait sans laisser de trace.

La forme pseudo-membraneuse

Une forme grave que l’on observe exceptionnellement. On a incriminé :

  • le traitement mal conduit
  • l’abus des instillations de nitrate d’argent

Elle se caractérise :

  • la sécrétion qui s’installait se tarit brusquement ou diminue
  • les paupières prennent une consistance ligneuse
  • la conjonctive, jusque là rouge vif, prend un teinte grisâtre et se couvre de fausses membranes
  • celle-ci se laissent détacher sous forme de haillons, laissant une surface saignottante

La cornée est particulièrement menacée dans cette forme et précocement infiltrée.

Diagnostic

Il faut savoir d’abord que l’instillation de nitrate d’argent elle-même, faite à la naissance à titre prophylactique, provoque parfois, dès le lendemain, un léger catarrhe muco-purulent accompagné d’hyperhémie de la conjonctive, qui peut en imposer pour le début d’une conjonctivite gonococcique.

L’absence du gonocoque dans la sécrétion suffit à lever le doute. Une conjonctivite survenant vers la 3ème jour après la naissance, bien caractérisée par le gonflement oedémateux des paupières, l’abondance de la suppuration, a bien des chances d’être une conjonctivite à gonocoques.

La recherche du gonocoque dans l’exsudat séro-purulent du début tranche le plus souvent facilement le diagnostic.

L’ophtalmie purulente du nouveau-né n’est cependant pas exclusivement due au gonocoque. Il peut s’agir d’infection due à des agents pathogènes associés : staphylocoques et pneumocoques.

La conjonctivite lacrymale à pneumocoques du nouveau-né n’apparaît guère avant le 10ème jour ; elle est de diagnostic facile

La conjonctivite à inclusions du nouveau-né simule cliniquement une conjonctivite à gonocoques d’apparition tardive Elle apparaît vers le 8ème jour. Nous avons vu que l’apparition tardive ne suffit pas à infirmer de façon absolue le diagnostic de conjonctivite à gonocoques.

La sécrétion purulente est moins abondante. La face conjonctivale des paupières est rouge vif, veloutée par hyperplasie des papilles ; elle saigne au moindre contact. L’affection dure une huitaine de jours. Les caractères cliniques ne suffisent pas à la différencier de la conjonctivite gonococcique.

Sur les frottis, on peut mettre en évidence, par la coloration suivant la méthode de Giemsa, la présence d’inclusions dans les cellules épithéliales, analogues à celles que l’on trouve dans le trachome.

Ce n’est que lorsque la recherche du gonocoque, répétée pendant plusieurs jours, par les frottis et la culture, sera demeurée négative que l’on pourra affirmer le diagnostic de conjonctivite à inclusions et le confirmer parla recherche des inclusions dans les cellules épithéliales.

Pronostic

La conjonctivite gonococcique du nouveau-né était, avant l’adoption de la méthode de Crédé, une affection redoutable. De nombreux aveugles devaient leur cécité à l’ophtalmie du nouveau-né. A l’heure actuelle, le pronostic dépend essentiellement de la précocité du traitement et de la surveillance de la cornée.

Traitement

Prophylaxie

Dans le cas où l’on peut déceler l’infection gonococcique chez la mère, on devra s’appliquer à la désinfection du vagin par des lavages répétés à la liqueur de Labarraque.

Dès la naissance de l’enfant, avant la ligature du cordon, les paupières doivent être nettoyées et on procède à l’instillation dans chaque oeil, d’une goutte d’une collyre au nitrate d’argent à 1%.

Traitement

Dès les premiers signes de conjonctive, le traitement doit être entrepris et surveillé par la suite avec le plus grand soin. On ne saurait trop répéter que, chez le nouveau-né le pronostic, qui dépend de l’intégrité de la cornée, et entre les mains du médecin.

Tout à fait au début, alors que la suppuration n’est pas installée, il vaut mieux se contenter d’une seule instillation de nitrate d’argent, après nettoyage des paupières, et poursuivre le traitement de la façon suivante :

  • les paupières seront nettoyées et l’oeil lavé avec une solution de sérum physiologique tiède ou une solution faible, à 1/10000 de permanganate de potasse, en utilisant un flacon-laveur sans aucune pression
  • à ce bref lavage succédera une instillation d’argyrol à 5%
  • ce traitement sera renouvelé à intervalles de 3 h environ, pendant le jour seulement
  • l’état de la cornée sera surveillé chaque jour à la faveur de l’écartement des paupières, pratiqué avec prudence.

A la phase de pyorrhée, les grands lavages au sérum doivent être institués, destinés à éviter que le pus stagne dans le sac conjonctival, où il menace la cornée. Les grands lavages seront répétés toutes les 2 h et deux fois dans la journée, suivis d’une instillation de nitrate d’argent ou d’aryrol.

Il faut laver le sac conjonctival en ayant soin de ne jamais traumatiser la cornée. Il est bon que le traitement soit confié à une personne expérimentée et attentive.

Si, par exception, la conjonctive est unilatérale, il faudra apporter le plus grands soin à la préservation de l’autre oeil, en veillant non seulement aux lavages mais à la position de l’enfant dans le lit.

A mesure que la sécrétion diminue d’intensité, les lavages sont espacés et les instillations d’argyrol substituées au nitrate d’argent. Le traitement ne doit pas être poursuivi de façon inconsidérée.

A l’heure actuelle, les sulfamides, utilisés en poudre dans le lait du biberon, la pénicilline en instillations surtout, ont transformé le pronostic de l’ophtalmie purulente du nouveau-né et simplifié le traitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here