L’opération qui se pratiquent sur l’orbite

0
976

L’opération qui se pratiquent sur l’orbite s’explique par l’orbitotomie et l’exentération de l’orbite.

L’orbitotomie

L’orbitotomie est l’ouverture de la cavité orbitaire en arrière du septum orbitaire.

L'orbitotomie
L’orbitotomie

Elle est indiquée lorsqu’il s’agit de donner issue à une collection suppurée de l’orbite.

Elle est le premier temps de l’ablation d’une tumeur de l’orbite. En principe, l’incision gagne toujours à être conduite sur le bord osseux même de l’orbite.

Le bistouri incise d’emblée jusqu’à l’os. La rugine récline ensuite le périoste de l’orbite.

S’il s’agit d’une collection purulente extra-périoste, le pus vient immédiatement au dehors.

S’il s’agit d’une tumeur ou d’un phlegmon de l’orbite, le clivage préalable expose le sac périostique. L’incision du périoste est pratiquée horizontalement en regard de la tumeur que l’on perçoit à la palpation à travers le sac périostique.

S’il s’adit d’un phlegmon, la sonde cannelée va à la recherche du pus à travers l’incision du périoste.

L’orbitotomie doit obéir à certaines considérables anatomiques :

Il faut toujours respecter la région du sac lacrymal. S’il est nécessaire de pratiquer une orbitotomie large, on peut inciser sur tout le pourtour du rebord orbitaire.

Seule, la région du sac lacrymal doit toujours être respectée.

Il est bon de respecter, lorsqu’on le peut, le ligament latéral externe. Si l’on est amené à cliver le périoste pour mettre largement à nu le sac périostique, il convient de respecter le nerf frontal à l’endroit où il traverse le trou ou l’incisure du rebord supérieur, pour devenir sus-orbitaire.

Il convient aussi de respecter l’insertion du muscle petit oblique.

La réclinaison du périoste en regard de la poulie du grand oblique n’entraîne habituellement aucun trouble.

La résection de la paroi externe de l’orbite, théoriquement séduisante, n’a que très rares indications.

Exentération de l’orbite

La périoste de l’orbite, adhérent au rebord orbitaire, est partout ailleurs facilement décollable. Il enferme comme dans un sac toutes les parties molles de l’orbite.

L’exentération extra-périostée permet ainsi des paupières est l’opération de choix. Elle est formellement indiquée toutes les fois que la tumeur maligne nécessitant l’exentération a envahi la conjonctive.

D’autre part, même dans les cas où le sacrifice des paupières n’est pas formellement indiqué, l’exentération avec sacrifice des paupières est supérieure comme résultat, même au point de vue esthétique, à l’exentération respectant les paupières.

La pré-anesthésie assure un calme absolu. L’opération est pratiquée sous anesthésie régionale.

Après blépharorraphie hermétique, les lèvres de la fente palpébrale sont saisies dans une pince de Museux, qui servira de tracteur.

Incision de la peau au bistouri

Incision de la peau au bistouri le long du bord osseux de l’orbite, circulairement, sur toute son étendue, jusqu’à l’os. A la partie interne, l’incision doit se faire au-devant de la branche montante du maxillaire supérieur.

Clivage du périoste de l’orbite

Clivage du périoste de l’orbite, à la rugine. La rugination commence par la paroi interne, parce que plus fragile. Le sac lacrymal est d’abord libéré par clivage de sa loge, avec le conduit lacrymo-nasal et laissé adhérent à la masse orbitaire.

Le sac lacrymal
Le sac lacrymal

Le clivage est conduit avec la plus grande douceur sur la paroi interne, pour éviter à tout prix l’ouverture des cellules ethmoïdales.

Il est ensuite poursuivi sur tout le pourtour du sac périostique jusqu’à l’apex de l’orbite. Le nerf frontal est sectionné à son entrée dans le canal sus-orbitaire.

Le pédicule du sac périostique

Au niveau de l’apex orbitaire, à l’aide d’un couteau spécial à exentération, le pédicule du sac périostique est sectionné franchement. L’artère ophtalmique est ligaturée.

La cavité orbitaire, ainsi vidée de son contenu, se comble partiellement par prolifération osseuse et conjonctive et se couvre d’épithélium, en l’espace de 3 mois.

La défiguration peut être parfaitement masquée par une prothèse orbito-palpébrale, adaptée aux lunettes.

L’exentération de l’orbite est une opération radicale, à laquelle il faut avoir recours :

Lorsqu’une tumeur maligne, primitivement intra-oculaire, a franchi les limites du globe et commence à envahir l’orbite.

Lorsqu’une tumeur épibulbaire ou palpébrale infiltre les culs-de-sac conjonctivaux.

En présence d’une tumeur maligne de l’orbite. Elle peut donner une guérison durable, parfois définitive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here