Le phlegmon de l’orbite

0
1548

Le phlegmon de l’orbite est l’inflammation du tissu cellulaire de l’orbite, à l’intérieur du sac périostique, par lymphangite des veines ophtalmiques.

Phlegmon de l’orbite d’origine traumatique

La suppuration du tissu cellulaire de l’orbite peut survenir dans des conditions très diverses :

A la suite d’une large plaie pénétrante de l’orbite, un corps étrangers peut demeurer inclus.

Un corps étranger oculaire
Un corps étranger oculaire

La plaie paraissait cicatrisée et le malade se croyait guéri depuis longtemps lorsque les phénomènes inflammatoires se manifestent.

Ils s’annoncent par :

  • un léger malaise
  • un état saburral
  • des céphalées
  • une élévation progressive de température

La cicatrice devient rouge, se distend et s’amincit. Après quelques jours, elle s’ouvre spontanément, donnant issue à un pus blanchâtre, jusqu’à ce qu’une intervention ait permis d’extraire un corps étranger volumineux demeuré inclus.

A la suite d’une opération septique, ouvrant le tissu cellulaire de l’orbite, une cellulite grave peut s’installer.

A la suite d’une plaie par instrument piquant.

Très rapidement, après quelques heures ou quelques jours, au milieu de phénomènes généraux très graves, d’allure septicémique, les paupières deviennent tuméfiées et violacées ; le globe est protrus, directement en avant, absolument soudé ; un chémosis rosé entoure  la cornée et fait hernie entre les paupières.

La papille est en mydriase. Le fond d’œil peut être normal ou montrer une papille hyperhémiée, des veines dilatées et tortueuses.

La mort survient rapidement au milieu de symptômes méningés. Seules, une ouverture large de l’orbite, dans toute sa moitié externe, avec débridement du sac périostique, donnant issue à une sérosité louche, permet de sauver la situation, à la faveur du traitement général immédiatement institué.

Phlegmon métastatique de l’orbite

Cette forme est tout à fait exceptionnelle. Il s’agit plus souvent d’une ténonite suppurée secondaire à un abcès métastatique de la choroïde.

Un phlegmon peut s’observer cependant , à l’occasion d’une septico-pyohémie à staphylocoques, d’un érysipèle de la face, à l’occasion d’une infection puerpérale.

Il s’annonce par un œdème rosé des paupières, bientôt suivi de la protrusion du globe, avec chémosis considérable.

Chémosis
Chémosis

La pression sur le globe provoque une vive douleur. Après quelques jours, l’abcès vient bomber à la paupière supérieure ou à la paupière inférieure.

Une orbitotomie limitée permet à la sonde cannelée de donner issue au pus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here