La fistule d’origine sinusale

0
395

Quant à la fistule d’origine sinusale, les formes fistulisées de sinusite péri-orbitaire sont particulièrement graves.

Une sinusite frontale négligée ou une pansinusite, devenue chronique, après s’être manifestée pendant des années par des poussées récidivantes de fluxion orbitaire, aboutit un jour à une suppuration extra-périostée, qui évolue de façon torpide et finit par s’ouvrir spontanément, le plus souvent dans l’angle supéro-interne de l’orbite, mais parfois à la partie externe de la paupière supérieure.

La paupière supérieure
La paupière supérieure

Une fistule s’installe, qui laisse écouler un pus blanchâtre, crémeux.

Les formes fistulisées de sinusite péri-orbitaire

Les formes fistulisées de sinusite péri-orbitaire font courir un risque vital, car elles s’accompagnent assez souvent d’un abcès torpide du cerveau.

Elles conduisent fréquemment à la cécité totale, bilatérale (66 cas de cécité sur 409 cas de sinusite péri-orbitaire, dans la statistique de Birch-hirschfeld).

Le nerf optique, demeuré longtemps au contact d’une paroi osseuse infectée et nécrosée (cellule ethmoïdales, postérieures, sinus sphénoïdal), est particulièrement menacé.

L’examen du fond d’œil montre une papille atrophique. On observe parfois des thromboses périphériques multiples des veines de la rétine, bordées de suffusions hémorragiques. Dans d’autres cas plus rares, on observe le tableau de l’oblitération de l’artère centrale.

L’opération, en pareil cas, doit être conduite avec prudences. De cellule suppurée en cellule suppurée, on est conduit en arrière sur le sinus sphénoïdal rempli de pus crémeux.

La cécité totale

La simple réclinaison du globe par les écarteurs tirant sur le nerf optique, peut être l’occasion de thromboses veineuses à l’intérieur du nerf ou thromboses des veines de la rétine ; la cécité totale s’installe dans les jouas qui suivent.

La cécité totale
La cécité totale

Les ophtalmologistes voient précisément les complication des sinusites frontales négligées, traitées inconsidérément par voie endo-nasale pendant des années, alors qu’une opération, faite en temps utile, eût amené la guérison définitive.

Les manifestation oculaires des sinusites péri-orbitaires, en particulier la c rétro-bulbaire, doivent retenir l’attention.

On ne saurait trop recommander d’avoir recours à la radiographie, en présence de toute sinusite frontale ou maxillaire de quelque durée.

La radiographie apporte, en effet, des renseignements décisifs pour l’indication opératoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here