L’œdème de la papille

0
425

L’œdème de la papille ou imprégnation œdémateuse de la papille n’est pas une affection primitive du nerf optique.

C’est un symptôme que l’on rencontre dans des affections très diverses.

On l’observe avant tout comme signe capital de l’hypertension intracrânienne due à une tumeur cérébrale ; on le désigne alors volontiers, pour marquer sa signification et sa pathogénie, sous le nom de stase papillaire.

Elle varie suivant que l’œdème est déjà installé ou qu’il est à son extrême début.

L’œdème papillaire est installé

Il arrive que l’ophtalmologique se trouve fortuitement en présence d’un œdème papillaire, chez un malade se plaignent simplement de céphalées.

L'œdème papillaire
L’œdème papillaire

Plus souvent, l’examen du fond d’œil est demandé par le neurologiste qui, soupçonnant l’existence d’une tumeur cérébrale, désire savoir s’il y a ou non œdème de la papille.

La papille apparaît élargie et saillante. Le bord marginal est flou et le fond dans la rétine avoisinante, elle-même légèrement trouble.

Le centre de la papille est ombiliqué ; les vaisseaux qui en émergent s’incurvent pour épouser la convexité de la saillie où ils apparaissent flous, voilés.

Les artères sont un peu effacées, grêles, les veines engorgées deviennent plus sombres vers la marge de la papille où la colonne sanguine est vue en projection, puis leur direction change brusquement à l’endroit où elles retrouvent le plan de la rétine.

Les aspects sont d’ailleurs variés :

La papille saillante

Dans certains cas, la papille saillante, un peu opaque, dessine sur le champ relativement peu œdémateux de la rétine ne saillie nettement délimités bouton papillaire.

Dans d’autres cas au contraire, la rétine papillaire est œdémateuse ; les bords de la papille apparaissent effrangés, bordés d’hémorragies striés orientées en sens radiaire et d’exsudats.

La papille elle-même, striée d’arborisations vasculaires, revêt un aspect charnu, succulent. C’est alors l’image classique dite en fleur d’œillet.

Les hémorragies et les exsudats peuvent être abondants s’étendre bien au delà de la papille.

Les exsudats dessinent alors, dans la région maculaire, une image stellaire rappelant celle de la rétinite albuminurique.

L’aspect ophtalmoscopique varie aussi suivant la mise au point de l’ophtalmoscope et l’on peut ainsi mesurer la saillie papillaire.

Pour cela, il suffit de mettre au point d’abord sur une artère à la convexité de la saillie et de noter le numéro du verre de l’ophtalmoscope puis, progressivement, on met au point sur un vaisseau situé sur le plan de la rétine, au voisinage immédiat de la papille.

La différence entre les deux mises au point mesure la saillie en dioptries 3 δ représentent 1 mm de saillie.

On peut observer des saillies énormes de 6 à 8 δ. La papille alors a l’apparence d’un énorme champignon charnu, succulent, surplombant le plan de la rétine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here