Le nystagmus physiologique

0
299

Le nystagmus peut apparaître, dans certaines conditions, comme phénomène physiologique.

Nystagmus par fixation excentrique

Lorsque nous nous efforçons de fixer, à la périphérie du champ de vision binoculaire, un objet éloigné et surtout un objet rapproché, nous éprouvons bientôt une impression de diplopie.

Si l’on oblige un sujet normal à maintenir la fixation, on fait apparaître, dans 60 % des cas, le nystagmus.

Nystagmus physiologique
Nystagmus physiologique

Nystagmus opto-cinétique

Il apparaît lorsque des objets successifs passent rapidement devant les yeux (nystagmus du chemin de fer).

Les yeux suivent un objet vers la périphérie du champ du regard, lorsque l’attention est subitement attirée par l’objet qui suit : alors se manifeste un mouvement vif de retour.

On le réalise avec le tambour de Barany ou la bande déroulée de Coppez. Lorsqu’on fait tourner devant les yeux du sujet un tambour vertical sur lequel sont figurés des traits noirs et blancs alternés verticaux, on fait apparaître le nystagmus à ressort typique, en sens opposé à la rotation du tambour.

Cette épreuve, chez un sujet qui simule la cécité, révélant le nystagmus optocinétique normal, suffit à décider la supercherie.

Elle peut être utilisée en clinique pour déceler le caractère cortical d’une hémianopsie. Le nystagmus optocinétique est en effet un réflexe d’origine corticale ; il est aboli dans les lésions du pli courbe ou du lobule paracentral.

Le nystagmus vestibulaire

Le nystagmus vestibulaire est le nystagmus que l’on provoque artificiellement en clinique pour éprouver l’état du labyrinthe. C’est un processus purement réflexe, d’origine labyrinthique.

Il y a vraisemblablement un tonus vestibulaire agissant constamment sur les muscles oculaires.

A l’état normal, les deux labyrinthes se font équilibre : état harmonique de Witmack. La prédominance relative d’un labyrinthe, provoqué artificiellement, crée un dysharmonie qui se traduit par le nystagmus.

Le nystagmus labyrinthique ainsi obtenu est toujours un nystagmus à ressort, à la fois rectiligne et rotatoire.

On éprouve en clinique :

Le nystagmus rotatoire

Le nystagmus rotatoire,  par rotation de la tête sur fauteuil tournant. Le Le nystagmus vestibulaire ainsi obtenu est toujours un nystagmus à ressort, à la fois rectiligne et rotatoire.

Rotation de la tête
Rotation de la tête

Il y a d’abord un mouvement lent des yeux, en direction opposée à la rotation (il est d’origine vestibulaire pure).

Il est suivi d’un mouvement accusé de retour, qui traduit une tentative involontaire de maintenir la fixation (il est d’origine corticale).

Le nystagmus calorique

Une injection d’eau froide (15°), dans le conduit auditif externe, agit comme si elle paralysait le labyrinthe : la phase lente est du côté excité.

Une injection d’eau chaude à 40% agit comme si elle l’excitait : la phase lente est alors du côté opposé.

Le nystagmus par compression

Le nystagmus par compression (injection d’air dans le conduit).

Le nystagmus galvanique

Le nystagmus galvanique (courant galvanique à travers l’appareil vestibulaire).

Le nystagmus provoqué est essentiellement transitoire. Les yeux reprennent bientôt la position de repos.

Le nystagmus vestibulaire peut se trouver modifié dans les conditions pathologiques.

Ce sont précisément les modifications observées qui permettent d’apprécier les états pathologiques siégeant dans le labyrinthe lui-même ou dans les voies vestibulaires centrales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here