Le nystagmus de l’œil

0
319

Le nystagmus de l’œil est un tremblement associé des globes qui se manifeste indépendamment de la volonté, sous forme d’oscillations rythmiques.

Les mouvements du globe oculaire n’en sont pas troublés.

Le nystagmus
Le nystagmus

Caractères et variétés du nystagmus

On distingue :

Le nystagmus à ressort

Le nystagmus de l’œil à ressort ou à saccades. L’œil se meut d’abord lentement dans un sens (phase lente) puis rapidement en sens inverse (phase rapide).

On désigne conventionnellement le sens du nystagmus d’après le ses de la phase rapide.

Il peut battre en direction rectiligne :

  • horizontale
  • verticale
  • oblique

Le nystagmus rotatoire

C’est un mouvement de rotation autour de l’axe antéro-postérieur du globe, dans le sens des aiguilles d’une montre ou en sens inverse.

Il y a des formes mixtes. C’est ainsi qu’un nystagmus, pendulaire dans le regard direct, peut devenir à saccades dans le regard latéral. Il y a des formes irrégulières ou anarchiques.

On distingue, avec Alexander, suivant l’intensité du nystagmus :

Le nystagmus du 1er degré, lorsque la saccade n’apparaît que lorsque l’œil regarde dans la direction de la phase rapide ;

Le nystagmus du 2e degré, lorsque la saccade apparaît encore dans le regard direct ;

Le nystagmus du 3e degré, lorsque les saccades apparaissent même dans le regard en direction de la phase lente.

On dit aussi, suivant l’amplitude de la saccade : nystagmus grossier, si l’excursion atteint 15° ; nystagmus moyen, nystagmus faible.

L'amplitude de la saccade
L’amplitude de la saccade

La fréquence des saccades est très variable ; elle peut dépasser 200 oscillations à la minutes ; à l’opposé, ce peut être un simple mouvement de va-et-vient.

Le nystagmus de l’œil  peut être immédiatement évident ; il est dit spontané. On le dit révélé lorsqu’il n’apparaît que dans une certaine direction imprimée au regard.

En clinique, on étudie aussi le nystagmus provoqué par les manœuvres d’exploration vestibulaire.

Le nystagmus de l’œil peut être étudié de façon plus précise en plaçant devant les yeux de verres convexes de 20 δ, pour supprimer la fixation. On peut en faire l’enregistrement graphique.

Physiologie pathologique

Le nystagmus de l’œil n’est pas une paralysie oculaire, mais il n’est que l’exagération d’un phénomène physiologique. Dans les conditions normales, les yeux se trouvent dans un état d’équilibre tonique, en position de repos.

Ils ne sont cependant pas absolument immobiles ; ils sont animés de mouvements imperceptibles destinés à assurer et à maintenir la fixation.

La qualité de la vision centrale est indispensable à l’équilibre tonique des yeux qui est assuré par la fovea.

Lorsque la vision centrale est déficiente, le déséquilibre maculaire entraîné par le défaut de fixation  peut aboutir au nystagmus.

Celui -ci représente une vaine tentative d’assurer la fixation en dépit des difficultés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here