Le larmoiement, par sécrétion des larmes

0
3904

Le larmoiement, par sécrétion exagérée des larmes fait partie des troubles fonctionnels. En cas d’afflux exagéré, l’œil est donc baigné de larmes.

Si les voies d’évacuation sont perméables, le surplus passe dans le nez, c’est pourquoi le larmoiement est souvent accompagné de rhinorrhée.

Rhinorrhée
Rhinorrhée

Si le larmoiement est trop abondant, les larmes, retenues quelque temps derrière le bord libre, s’écoulent sur la joue.

Ce larmoiement par hypersécrétion des larmes ne doit pas être confondu avec le larmoiement par stagnation des larmes, en relation avec l’atrésie des voies lacrymales, que non étudierons plus loin.

Le larmoiement est rarement dû à une affection des glandes lacrymales.

Larmoiement réflexe

C’est un réflexe dont le point de départ est une irritation des terminaisons sensitives du trijumeau. Il est unilatéral.

L’attouchement de la cornée, de la conjonctive, de la muqueuse nasale, irritant les terminaisons sensitives du trijumeau, provoque le larmoiement.

Un corps étranger de la cornée, une érosion, l’herpès de la cornée surtout provoquent, du même côté, un larmoiement très intense, accompagné de douleurs névralgiques dans l’angle supéro-interne de l’orbite et d’une rhinorrhée abondante par la narine du même côté.

De même, des lésions dentaires ou sinusales peuvent s’accompagner de larmoiement réflexe.

Le larmoiement symptomatique du glaucome chronique et sans doute en rapport avec l’irritation des nerfs ciliaires, par hypertension du globe.

Dans la maladie de Basedow, des crises nocturnes de larmoiement s’observent parfois, attribuées à l’excitation du sympathique.

Dans le tabes, le larmoiement fait partie des crises ophtalmiqes de Pel. Le larmoiement s’observe encore dans l’hystérie.

Un larmoiement paroxystique

Un larmoiement paroxystique s’observe chez le nourrisson qui commence à téter, parfois associé à une salivation exagérée.

On le voit surtout chez les sujets atteints de paralysie faciale à la période de régression et de contractures. Il se manifeste au moment où le sujet mastique un aliment solide.

Sa pathogénie est obscure ; il s’agit vraisemblablement d’une erreur d’aiguillage des fibres nerveuses lors de la régénération.

Larmoiement psychique

Il est provoqué par :

  • les émotions
  • le chagrin
  • le rire
Larmoiement psychique provoquée par le rire
Larmoiement psychique provoquée par le rire

Certains sujets le provoquant volontairement. Il est bilatéral.

Le larmoiement psychique est peut-être sous la dépendance d’un centre hypothalamique du larmoiement. La neurotomie rétrogassérienne l’abolit.

Traitement

Le larmoiement dû à l’hypersécrétion est un symptôme relevant d’affections diverses. Il disparaît par le traitement de la lésion en cause.

Il apporte rarement par lui-même une gêne suffisante pour justifier une thérapeutique qui se proposerait de tarir la sécrétion des larmes (ablation de la glande lacrymale, radiothérapie).

On peut avoir recours à l’alcoolisation du nerf lacrymal ou à la diathermo-coagulation de la glande lacrymale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here