La kératomalacie

0
3116

Elle est devenue rare depuis que la réserve en vitamine A est généralement assurée dans l’alimentation des enfants.

Manifestation de la kératomalacie

La kératomalacie se manifeste chez des nourrissons ou de très jeunes enfants mal nourris, débilités, athrepsiques.

Elle est annoncée par l’aspect de la conjonctive. Celle-ci a perdu son brillant et sa transparence ; elle est terne, sèche et sa sensibilité est diminuée : c’est le stade de prexérosis.

Bientôt, une tache opaque apparaît dans l’aire de la fente palpébrale, tache d’apparence graisseuse, mousseuse ; c’est la tache de Bitot.

Tache de Bitot
Tache de Bitot

Sur la cornée elle -même, des taches gris blanchâtre apparaissent sur l’épithélium. Elles rappellent la tache de Bitot de la conjonctive et sont en continuité avec elle dans l’aire de la fente palpébrale ; elles apparaissent concentriques au limbe ou isolées au centre de la cornée ; c’est le xérosis vrai de la cornée.

La kératomalacie s’installe alors : la cornée devient terne ; des infiltrats se montrent au centre, où à la périphérie sous forme d’infiltrats marginaux dessinant un arc sénile.

Un pannus vasculaire

Un pannus vasculaire envahit circulairement le limbe ; la cornée devient opaque. L’exfoliation de l’épithélium suit bientôt.

A la faveur de cette exfoliation, un ulcère à hypopyon s’installe et évolue de façon torpide,  sans entraîner ni douleur, ni larmoiement.

C’est à peine si un léger cercle périkératique attire l’attention. Le plus souvent, l’ulcère aboutit à la perforation de la cornée.

Parfois, si l’enfant n’est pas trop débilité, l’infection s’arrête alors ; il persiste un leucome avec enclavement de l’iris. L’enfant survit, aveugle

Le plus souvent il succombe à une broncho-pneumonie.

Les lésions anatomiques de la kératomalacie

Les lésions anatomiques de la kératomalacie sont caractérisées par la métaplasie de l’épithélium, qui devient pavimenteux, stratifié et par l’infection qui s’installe dans des tissus à vitalité diminuée.

Le traitement consiste essentiellement à instaurer une alimentation riche en vitamine A :

  • légumes verts
  • lait de vaches
  • beurre
  • huile d’olive, et à utiliser la vitamine A de synthèse

Localement, on se contente d’instillations d’huile de foie de morue et l’on protège les yeux par application de verres de montre.

Les légumes verts
Les légumes verts

La blépharorraphie, qui a été préconisée, ne réussit pas, en raison de la faible résistance des tissus à l’infection.

Le traitement de la kératomalacie est donc essentiellement préventif : c’est le traitement de l’avitaminose A.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here