La perforation de la cornée et de ses conséquences

1
2618

Dans les formes très virulentes, évoluant chez un sujet débilité, la marche du processus de nécrose est telle que la membrane de Descemet ne résiste pas longtemps ; la cornée se perfore.

Si l’ulcère de la cornée a évolué de façon torpide, elle prend un aspect de papier buvard ; la perforation se fait tranquillement, sans douleur, sans grand désordre : un matin, on voit que la chambre antérieure a disparu ; l’œil va désormais s’atrophier en silence.

La perforation de la cornée
La perforation de la cornée

Si l’ulcère évolue rapidement, chez un sujet robuste, la perforation survient comme un accident dramatique.

Si l’ulcère est étendu en surface et en profondeur, la cornée se perfore brutalement et la perforation s’accompagne de très vives douleurs.

La contraction violente des paupières projette au dehors l’humeur aqueuse et le cristallin.

L’infection gagne alors rapidement le vitré et les membranes profondes. La panophtalmie en résulte, qui impose rapidement l’énucléation du globe.

Dans d’autres cas, plus dramatiques encore, mais heureusement rares, la détension brusque du globe donne lieu à une hémorragie dans l’espace supra-choroïdien ; celle-ci décollé la choroïde et expulse en masse tout le contenu qui fait saillie au-devant du globe en un bloc hématique noirâtre accompagné d’une hémorragie abondante, dite hémorragie expulsive, qui se prolonge et met en jeu la vie même du malade.

Elle commande l’énucléation immédiate ou l’éviscération du globe.

Le plus souvent, les désordres qu’entraîne la perforation sont limités :

Le prolapsus totale de l’iris

Si l’ulcère est central, large, et si la perforation intéresse une partie étendue de la cornée, l’iris est projeté à travers l’orifice de perforation, avec l’humeur aqueuse qui s’échappe.

Les bords de la pupille s’agglutinent dans l’exsudat fibrineux qui obture la perforation. C’est le prolapsus totale de l’iris, amorce d’un staphylome total.

Si l’ulcère est périphérique et large, un prolapsus partiel de l’iris se fait à travers la brèche, entraînant une déformation de l’orifice pupillaire, attiré vers la cicatrice.

Un leucome adhèrent

Si  l’ulcère est périphérique en étroit, l’iris vient adhérer largement à la face profonde de la cornée par une synéchie antérieure qui, le processus une fois cicatrisé, devient un leucome adhèrent.

Une adhérence limitée conserve le nom de synéchie antérieure.

Une cataracte polaire antérieure

Si l’ulcère est petit et situé au centre de la cornée, l’iris ne peut pas atteindre la brèche et n’est plus en cause.

Mais alors le cristallin peut être projeté contre la face profonde de l’affection ou la plaie cornéenne, où il demeure agglutiné quelque temps, avant de se libérer. Il en résulte une cataracte polaire antérieure.

Cataracte
Cataracte

Une fistule centrale de la cornée

Une perforation centrale de la cornée, pour peu qu’elle soit un peu large, n’a pas tendance à se fermer.

Il peut persister indéfiniment une fistule centrale de la cornée qui, à la longue, est l’occasion d’un processus infecieux torpide d’uvéite qui aboutit soit à la panophtalmie, soit à la phtisie du globe.

La descemétocèle ou kératocèle

Il arrive que la membrane de Descemet ait résisté seule au processus de nécrose.

Elle fait alors hernie de l’iris à travers la cicatrice sous forme d’une membrane transparente, réfléchissant vivement la lumière et à travers laquelle l’intérieur de l’œil apparaît d’un noir de jais. C’est la descemétocèle ou kératocèle.

Ces divers processus sont à l’origine des états cicatriciels variés, qui seront étudiés plus loin.

La perforation de la cornée, lorsqu’elle n’entraîne pas de grand désordre, a du moins l’avantage qu’elle met fin au processus infectieux : l’ulcère cesse de progresser ; l’hypopyon disparaît ; la douleur cesse ; le processus de cicatrisation commerce.

1 COMMENTAIRE

  1. Kamel DJELASSI

    Bonjour
    Svl …ma mère a eu dernièrement la maladie de phemgoide bulleuse. Grâce aux corticoïdes son état a légèrement amélioré, mais malheureusement elle a eu une perforation de cornée. Apparemment, elle n’a pas souffert. Le cristalline a été spontanément jeté. Son état ne permet pas une chirurgie (84 ans). Comment peut on éviter les complications éventuelles surtout les infections (du cerveau ou du sang)?
    Merci d’avance .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here