L’endocardite infectieuse aiguë

L’ophtalmologiste, est parfois sollicité par le médecin d’examen le fond d’œil en vue d’établir le diagnostic toujours difficile d’endocardite infectieuse.

L’endocardite infectieuse aiguë, à streptocoque, se manifeste le plus souvent sous le tableau de la panophtalmie.

Endocardite infectieuse

Endocardite infectieuse

Dans les cas de virulence atténuée, on a parfois l’occasion d’observer, à travers le trouble du vitré qui les masque, des hémorragies rétiniennes et surtout des foyers blancs cernés d’hémorragies, dont il est difficile de dire s’il s’agit de boutons de choroïde ou de foyers rétiniens.

Ces formes sont sans grand intérêt du point de vue ophtalmologique.

L’endocardite infectieuse à évolution lente

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

L’endocardite infectieuse à évolution lente, à streptocoque viridans, offre au contraire le plus intérêt, parce que les manifestation rétiniennes ont une valeur sémiologique réelle.

Elles traduisent un foyer embolique caractérisé par l’accumulation de cellules inflammatoires en manteau autour du vaisseaux. On peut observer :

Hémorragies conjonctivales

Des hémorragies conjonctivales. Ce sont de petites taches hémorragiques circulaires, qui apparaissent et disparaissent par poussées successives.

Choroïdite

Des foyers de choroïdite clairsemés, cernés d’hémorragies.

Embolies artérielles

Des embolies artérielles, limitées aux branches destinées à la macula ; elles se présentent sous un tableau ophtalmologique caractéristique.

Hémorragies rétiniennes

Des hémorragies rétiniennes : hémorragies striées en flammèches orientées par les fibres nerveuses, hémorragies circulaires denses à centre blanc, hémorragies en canoé centrées d’un point blanc, hémorragies en couronne à centre blanc ou pointillé de blanc, le plus souvent dans la région maculaire.

Hémorragies rétiniennes

Hémorragies rétiniennes

La tache blanche de Roth

La tache blanche de Roth, avec ou sans hémorragie autour d’elle, est le signe le plus caractéristique.

La tache est constituée par un infiltrat de cellules inflammatoires autour d’un capillaire. Les taches, situées à distance des gros vaisseaux, apparaissent et disparaissent faisant place à une nouvelle efflorescence.

Nous avons observé plus rarement, sur le trajet d’une artériole, un foyer blanc, manifestation d’une embolie microbienne.

Il enveloppe l’artère d’un voile duveteux ; il disparaît en quelques semaines.

L’endocardite infectieuse réalise, dans la substance cérébrale, les mêmes foyers emboliques. Si un tel foyer est situé au voisinage du noyau du III, il peut se manifester, comme l’a signalé Ford, par une paralysie du III associée à une hémiplégie du côté opposé.

A l’heure actuelle, où la pénicilline modifie le tableau clinique de tous les états infectieux, au point de le rendre parfois méconnaissable, l’ophtalmologiste ne saurait apporter trop de soin à l’étude des manifestations ophtalmologiques des états infectieux, qu’il avait autrefois rarement l’occasion d’observer.

Ajouter un commentaire