Traitement des tumeurs de la choroïde

0
619
Il est possible de se protéger du cancer par des moyens simples et naturels : lisez Anticancer de David SERVAN-SCHREIBER, un best seller.

Le diagnostic de sarcome de la choroïde impose l’énucléation précoce et radicale, même à une phase où la vision est conservée.

Traitement

Encore faut-il que le diagnostic soit formel. En cas de doute, un délit est autorisé, destiné à affirmer le diagnostic, à la faveur d’une mise en observation.

Lorsque la tumeur a franchi les limites du globe, même si les signes de pullulation hors de l’œil ne se traduisent que par la présence de dépôts pigmentés visibles à l’émergence des vaisseaux perforants, c’est à l’exentération de l’orbite qu’il faut avoir recours : exentération large, enlevant, avec les paupières, le sac périostique de l’orbite.

Tumeur de la choroïde
Tumeur de la choroïde

Le pronostic, après l’opération, est essentiellement variable, suivant le stade auquel l’énucléation a été pratiquée. Les survies de 10 à 15 ans ne sont pas rares. Cependant, même après ce délai, les métastases sont possibles.

Le cancer métastatique de la choroïde. Ce n’est pas une rareté. Les métastases se voient surtout dans le cancer du sein. Elles sont le plus souvent bilatérales.

La tumeur se développe à la faveur d’un embole de cellules néoplasiques dans les artères ciliaires courtes postérieures, plus rarement dans les artères ciliaires postérieures, auquel cas le corps ciliaire et l’iris sont intéressés.

Symptômes

Un trouble de la vision centrale peut attirer de bonne l’attention si la métastase occupe la région maculaire. Dans d’autres cas, la vision baisse progressivement, par hypermétrophie progressive due au soulèvement de la rétine par la tumeur.

Parfois s’installe une baisse rapide et brutale de la vision, aboutissant en quelques semaines à la cécité, par décollement de la rétine. Plus rarement la métastase se traduit d’abord par des accidents inflammatoires et douloureux.

L’examen ophtalmoscopique peut montrer une métastase très récente, sous forme d’une efflorescence de nodules maculaire ou au voisinage de la papille.

Dans d’autres cas, on se trouve en présence d’un bouton blanc, qui rappelle un bouton de choroïdite. Celui-ci augmente rapidement de volume, devient bossué, se couvre discrètement de pigment pour revêtir un aspect pommelé.

Souvent, plusieurs foyers analogues se montrent, distants les uns des autres, noyés dans le flou de la rétine soulevée.

Plus rarement, on se trouve en présence d’un kyste parfaitement circonscrit de la rétine, masquant la métastase sous-jacente.

Si la métastase siège au voisinage immédiat de la papille ou sur la papille même, on pourrait croire à une choroïdite juxta-papillaire ou une papillite.

A un stade plus avance, la métastase revêt un aspect tumoral. La rétine, soulevée par l’exsudation sous-rétinienne, se décolle au-devant de la tumeur, puis glisse dans le bas-fond où elle s’étale en un voile onduleux.

Puis le décollement devient total, en corolle de liseron. L’œil, devenu aveugle, peut encore être le siège d’accidents inflammatoires et douloureux, dus à l’hypertension.

Aveugle
Aveugle

Le diagnostic est souvent difficile, en raison des aspects variés sous lesquels se présente la métastase. On pourrait croire à une sarcome primitif de la choroïde, à un foyer massif de choroïdite, à un décollement de la rétine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here