Symptômes fonctionnels de l’hétérophorie

0
1015

Le plus souvent, l’hétérophorie, en particulier l’ésophorie ou l’exophorie, lorsqu’elle est peu prononcé, n’entraîne aucun trouble.

Elle est compensée par un pouvoir normal de fusion. On la découvre au cours d’un examen méthodique.

Il n’en est pas de même de l’hyperphorie, qui est toujours gênante ; elle complique souvent une ésophorie ou une exophorie.

Parfois, dès le début de l’examen, l’attention peut être attirée vers une hétérophorie par l’expression tendue des traits, le froncement des sourcils, une attitude inclinée de la tête.

En général, les malades se plaignent, avec insistance, d’une grande fatigue visuelle. Les troubles traduisent en effet la fatigue entraîne par l’effort constamment soutenu pour maintenir la fusion ; ils sont connus depuis de Graefe, sous le nom d’asthénopie musculaire.

L'asthénopie
L’asthénopie

Ils entraînent un état névropathique caractéristique de l’hétérophorie.

Une céphalée diffuse

Les malades se plaignent d’une céphalée diffuse, sourde, parfois d’une céphalée frontale bilatérales. A certains moments s’installe une diplopie passagère, qui se traduit par des accès de vertiges, pouvant aller jusqu’à la nausée et au vomissement.

Ces troubles s’exagèrent en fin de journée, à la suite d’un travail appliqué (lecture ou travail manuel de près).

Ils peuvent aussi apparaître à la suite d’une observation attentive d’objets éloignés :

  • galerie de tableaux
  • théâtre
  • cinema

A la suite d’un voyage en auto, en chemin de fer.

La vision est floue, embuée

Souvent aussi, les malades déclarent que la vision est floue, embuée ; ils se plaignent de photophobie, de fatigabilité rapide des yeux, qui les oblige à interrompre la lecture après quelques instants.

Ils se plaignent de brûlures des yeux, de larmoiement. Des poussées d’hyperhémie conjonctivale se manifestent ; une blepharite s’installe ; la marge des paupières est constament rouge.

Les troubles, d’ailleurs varient à l’infini, suivant la profession du sujet. Les sujets atteints de cyclophorie se plaignent de voir les objets inclinés : les maisons semblent tomber ; les angles droits apparaissent aigus ou obtus ; les tables sont penchées.

Souvent s’installe une inclinaison compensatrice de la tête.

Les troubles s’installent peu à peu, progressivement. Ils peuvent cependant s’installer de façon soudaine, à la suite d’une journée de surmenage, de travail de précision.

Ils peuvent apparaître ou s’aggraver dans la convalescence d’une maladie aiguë,  l’occasion d’une grossesse, de l’allaitement, dans une période de soucis ou d’anxiété, le pouvoir de fusion se trouvant passagèrement diminué.

L'anxiété
L’anxiété

Un état de dépression

A la longue, ces troubles entraînent souvent un état de dépression et conduisent à un sentiment d’inaptitude au travail, à une absence de sommeil la nuit.

Les malades sont considérés comme des neurasthéniques, parfois traités pour une insuffisance hépatique, pour une affection d’estomac, alors que le port d’un prisme suffirait à les soulager.

Les troubles dus à l’hétérophorie ont tendance à s’aggraver. Ils peuvent se manifester, à un moment donné, par un diplopie passagère ou durable.

A l’occasion d’une dépression de l’état général, ils peuvent aboutir à un strabisme manifeste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here