L’inflammation aiguë de la glande lacrymale

1
19918

L’inflammation aiguë de la glande lacrymale s’observe le plus souvent chez les enfants ou les adultes jeunes, comme complication des oreillons.

Elle peut être la manifestation initiale ou même la seule manifestation de la maladie, en période d’épidémie. Elle est presque toujours bilatérale.

Plus rarement, elle apparaît comme complication d’une fièvre éruptive et de la blennorragie.

La dacryosdénite aiguë

La dacryosdénite peut se manifester sous forme d’épidémie de grippe. L’affection débute ordinairement par des douleurs orbitaires, irradiées au front et à la tempe, accompagnées de phénomènes généraux, de température subfébrile.

Les douleurs orbitaires
Les douleurs orbitaires

Bientôt apparaît le gonflement œdémateux de la paupière supérieure. L’œdème peut s’étendre aux deux paupières, et même à toute la joue (œdème de lunettes).

En général, il prédomine à la partie externe de la paupière supérieure, déformant le bord marginal en S italique.

Les téguments sont rouges dans la partie supéro-externe de la paupière. La palpation avec la pulpe du doigt ou mieux avec un instrument mousse révèle en cet endroit une douleur exquise.

Le chémosis s’accuse en un bourrelet rouge, qui fait saillie dans le cul-de-sac supéro-externe, entre paupière et conjonctive bulbaire ; il correspond à la glande lacrymale palpébrale.

Le ganglion pré-auriculaire est hypertrophie et sensible à la palpation.

Le plus souvent, la résolution se fait en 8 à 15 jours. Parfois, la dacryo-adénite traîne ne longueur. Une tuméfaction allongée sous le rebord supéro-externe de l’orbite, séparée de lui par mentation de volume de la glande.

La rougeur se limite en cet endroit et l’on peut se demander, pendant quelques semaines, si la suppuration ne va pas se manifester. Tout rendre dans l’ordre cependant, en 6 semaines à 2 mois.

La dacryoadénite aiguë, surtout lorsqu’elle est unilatérale, comme il arrive souvent au cours d’une épidémie de grippe, peut cependant suppurer.

A l’œdème de la papille diffus du début, succède un gonflement circonscrit, qui fait corps avec le rebord osseux de l’orbite. La rougeur se circonscrit à la région lacrymale ; le chémosis est souvent considérable.

Lorsqu’on relève la paupière, on aperçoit, dans le cul-de-sac supéro-externe, une saillie jaunâtre, rénitente, qui se distingue du chémosis translucide.

Si l’on n’intervient pas, l’ouverture se fait spontanément, après une huitaine de jours, et se traduit par l’écoulement de pus à travers la fente palpébrale.

Si on soulève la paupière, on voit le plus sourdre au sommet du bourrelet rouge qui occupe le cul-se-sac.

Il arrive que l’infection prédomine d’abord dans la partie palpébrale de la glande et se traduise surtout par un bourrelet chémotique.

Il arrive que l’infection prédomine dans la partie orbitaire et se traduise par une induration qui comble le sillon orbito-palpébral dans sa partie externe et se confond avec le bord osseux.

La douleur est parfois très intense. Le globe est en légère exophtalmie, refoulé en bas et en dedans ; les mouvements en haut et en dehors sont limités. La fièvre peut être élevée. Les signes rappellent ceux du phlégmon de l’orbite.

Traitement

La pénicilline, des applications locales chaudes constituent toute la thérapeutique de la dacryoadénite aiguë, tant que celle-ci paraît évoluer spontanément vers la guérison.

En présence d’une dacryosdénite suppurée, il ne faut pas se presser de donner issue au pus. Lorsque la suppuration est devenue circonscrite, c’est-à-dire lorsque l’abcès se fait jour dans le cul-de-sac conjonctival, sous forme d’une tuméfaction jaunâtre, il suffit d’inciser d’un coup de pointe, suivant l’axe de la tuméfaction indurée.

Il arrive qu’une fois le pus évacué par incision conjonctivale, les accidents ne cèdent pas.

Incision conjonctivale
Incision conjonctivale

L’inflammation se poursuit dans la partie orbitaire de la glande et ce n’est qu’après quelques jours ou quelques semaines que la suppuration se manifeste dans le sillon orbito-palpébral par une rougeur circonscrite et la fluctuation.

L’incision, parallèle au rebord osseux, donne issue à un pus parfois bourbillonneux, parfois bien lié.

On peut observer successivement la suppuration des deux glandes lacrymales.

1 COMMENTAIRE

  1. Boyer

    Le soir mes yeux se ferme comme si j’avais du sable dans la nuit ou le matin impossible d’ouvrir les yeux obligé d’attendre au moins 5 mn pour qu’il souvrent

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here