Injection ciliaire

0
1290

C’est là un signe de très grande valeur, qui doit être mis en vedette, en tête de ce chapitre.

La cornée

A l’état normal, la cornée est entourée d’une surface blanche : le blanc de l’œil, sillonnée des très fins vaisseaux superficiels venus de la périphérique, à peine visibles à l’œil nu.

Le blanc de l'œil
Le blanc de l’œil

Dans un grand nombre de conditions pathologiques, elle est entourée d’un cercle rouge distinct, parfois d’une simple auréole d’hyperhémie locale.

Cette hyperhémie est très différente de l’hyperhémie conjonctivale diffuse, que l’on observe dans les conjonctives aiguës, qui, elle prédomine dans les culs-de-sac, à distance du limbe.

Elle est le signe que les vaisseaux perforants, émanés du grand cercle artériel de l’iris, participent au processus, et ainsi que le corps ciliaire lui-même est intéressé : injection ciliaire.

L’injection ciliaire

L’injection visibles, exttrêmement dense, formée d’un réseau de vaisseaux visibles, extrêmement tortureux, dont les ramifications terminales, en bordure de la cornée, se montrent, à la lampe à fente, entourées d’une poussière blanche de leucocytes.

Cette infiltration leucocytaire du limbe, lorsqu’elle est très accusée, se voit à l’œil nu sous forme d’une cercle blanc à la limite de la cornée ; les affections inflammatoires de la cornée qui intéressent la substance propre ; elle est l’indice d’une participation du corps ciliaire, qui se manifeste d’ailleurs par une réaction irienne cliniquement visible.

L’injection périkératique

L’injection périkératique peut être limitée au voisinage immédiat d’une lésion locale de la cornée, si la lésion est superficielle.

L’injection ciliaire peut être, au contraire, extrêmenet discrète ; elle apparaît sous forme d’une cercle rosé, mauve, très pâle, uniforme, dessinant une auréole autour de la cornée.

Elle n’a rien à voir avec une affection de la cornée elle-même ; elle est le signe d’une irido-cyclite torpide, latente, que laquelle elle seule attire l’attention.

Les signes observés sur la cornée elle-même peuvent être évidents à l’œil nu.

La cornée n’a pas sa forme normale. Ses dimensions, sa courbures sont altérées.

Ce peut être une malformation congénitale : microcornée, mégalocornée.

C’est bien plus souvent le reliquat d’une affection inflammatoire ou traumatique de la cornée, parfois associée à une affection de la sclérotique.

Une anomalie de courbure, visible à l’œil nu, peut être le signe d’un kératocône. La cornée n’a pas sa transparence normale

Elle présente une tache blanche circonscrite ou diffuse.

Ce peut être un aspect cicatriciel : une taie. L’œil est calme le plus souvent, mais des signes irritatifs peuvent éventuellement se manifester.

Ce peut être aussi bien une lésion inflammatoire en pleine évolution : un infiltrat.

La cornée peut apparaître trouble, opalescente dans son ensemble, alors que le poli de la surface est conversé.

La cornée n’a plus, en surface, son aspect brillant de miroir

Le poli n’est interrompu qu’en un point limité où l’image réfléchie de la fenêtre devient subitement altérée.

Ce peut être alors un corps étranger de la cornée, une érosion superficielle n’intéressent que l’épithétlium, une exulcération intéressant les lames superficielles du parencyme, un ulcère intéressant les lames plus profondes de la substance propre ; mais alors les signes inflammatoires d’un ulcère de la cornée sonr évidents.

Dans d’autres cas, la surface de la cornée apparaît mate, emburée. Ce peut être le signe d’un œdème de la cornée, d’une exfoliation de l’épithélium.

Ce peut être aussi le signe d’un état dystrophique de la cornée, en relation avec une affection ancienne de la conjonctive.

La cornée présente une vascularisation anormale

Les vaisseaux apparaissent-ils, au contraire, par transparence dans la profondeur de la cornée, interrompus au limbe, ne se continuant pas dans les vaisseaux superficiels qui peuvent exister en même temps ?

La profondeur de la cornée
La profondeur de la cornée

Ce sont alors des vaisseaux profonds. C’est le signe d’une kératine profonde, intéressant.

Tous ces signes observés à l’œil nu, que nous venons de décrire, vont être beaucoup mieux examinés à la lampe à fente et leur signification pourra ainsi être précisée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here