Examen du champ visuelle

0
259

L’étude du champ visuel est capital pour le diagnostic des tumeurs cérébrales.

Cushing ne disait-il par : C’est l’examen du champ visuel qui est révélateur de la plupart des tumeurs opérables ?

L’étude du champ visuel

L’étude du champ visuel rend compte des altérations survenues sur le trajet des voies optiques.

L’examen par confrontation ne dispense de l’examen périmétrique que chez les malades obnubilés, incapables de supporter l’examen périmétrique. Il donne déjà des renseignements de grande valeur.

L’agrandissement de la tache aveugle

L’agrandissement de la tache aveugle est en relation avec l’œdème papillaire.

La tache aveugle
La tache aveugle

Un scotome central

Le scotome central traduit l’atteinte élective du faisceau maculaire.

Une névrite rétro-bulbaire

Une névrite rétro-bulbaire, si elle est durable, surtout si le scotome est négatif, c’est-à-dire non perçu par le malade, peut être symptomatique d’une tumeur cérébrale.

Un scotome central attire l’attention sur une tumeur du lobe frontal, un méningiome du sillon olfactif, un méningiome de la petite aile du sphénoïde ou même un adénome hypophysaire.

Il est fréquent dans le cas de tumeurs centrale de la neuro-fibromatose.

L’hémianopsie bitemporale

L’hémianopsie bitemporale est un symptôme de très grande valeur, caractéristique du syndrome chiasmatique.

L’ophtalmologiste lui-même doit savoir l’interpréter en le confrontant avec les signes ophtalmoscopiques, tels que l’atrophie ou l’œdème de la papille qu’il va découvrir au cours de son examen.

Pour cela, l’ophtalmologiste doit posséder une connaissance précise de la situation des fibres nerveuses dans le chiasma ; il doit avoir des notions sur la nature et l’évolution anatomique des tumeurs de la région chiasmatique.

Il appartient en outre à l’ophtalmologiste d’interpréter les modifications évolUtives de l’hémianopsie, au cours des examens successifs.

L’hémianopsie homonyme

L’hémianopsie homonyme traduit l’interruption des voies optiques en arrière du chiasma.

Par atteinte de la bandelette optique

L’hémianopsie homonyme est alors caractérisée :

Par la réaction pupillaire hémianopsie de Wernicke, signe difficile à apprécier ;

Pa l’apparition possible d’une atrophie optique tardive. Cushing disait : volontiers : Une hémianopsie homonyme avec atrophie optique relève d’une compression de la bandelette ; une hémianopsie homonyme accompagnée d’œdème papillaire relève d’une atteinte des radiations optiques.

Cependant, l’atrophie optique n’apparaît pas toujours dans les hémianopsies par atteinte de la bandelette.

Ce qui caractérise le mieux une hémianopsie homonyme relevant de la compression de la bandelette par tumeur, c’est qu’elle s’accompagne le plus souvent d’une syndrome thalamique ou d’un syndrome strié, et souvent de signes traduisant l’atteinte du pédoncule cérébelleux supérieur.

En outre, l’hémianopsie par tumeur est en général complète.

Par atteinte des radiations optiques

Ici, les fibres sont réparties en deux faisceaux distincts ; c’est pourquoi l’hémianopsie est souvent limitée à un quadrant.

Une hémianopsie homonyme en quadrant supérieur est en faveur d’une tumeur du lobe temporal ; elle est souvent associée aux crises unicformes.

Une hémianopsie homonyme en quadrant inférieur est en faveur d’une tumeur du lobe pariétal.

Hémianopsie
Hémianopsie

Une hémianopsie homonyme complète attire l’attention sur une tumeur du lobe occipital.

Souvent, dans le cas de tumeur occipital, le lobe occipital du côté opposé est comprimé et l’hémianopsie déborde dans la moitié opposée du champ.

En outre, dans le  cas de tumeur occipitale, les hallucinations élémentaires sont fréquentes dans la partie aveugle du champ.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here