L’ectropion et son traitement

0
4502

L’ectropion est l’éversion des paupières. Celles-ci perdent le contact avec le globe et s’éversent en dehors.

L’ectropion

L'ectropion
L’ectropion

L’ectropion inflammatoires spastique

Rare. On l’observe chez l’enfant, à l’occasion d’une inflammation aiguë de la conjonctive.

Les paupières gonflées, contractéres par le blépharospasme, s’ectropionnent spontanément et par suite de la crampe de l’orbiculaire, se fixent dans cette position. Il est parfois difficile de les reposer.

L’ectropion paralytique

C’est celui que l’on observe dans la paralysie faciale. La paupière supérieure tombe au-devant de l’œil, mais la paupière inférieure, entraînée par son poids, découvre la partie inférieure du globe et éverse le point lacrymal.

La lagophtalmie impose le plus souvent une blépharorraphie de l’angle interne, qui a l’avantage d’inverser le point lacrymal.

L’ectropion sénile

Il est le plus souvent secondaire à un état inflammatoire de la conjonctive. A la conjonctive lacrymale, accompagnée de blépharite, s’associe la perte de tonicité de l’orbiculaire, par atrophie sénile.

Sous l’influence du gonflement de la conjonctive, le point lacrymal inférieur s’éverse.

L’épiphora qui en résulte, irritant les téguments, concours à augmenter l’ectropion.

La paupière flasque s’éverse peu à peu ; la conjonctive s’enflamme, s’irrite et sécrète ; la peau enflammée eczémateuse se rétracte et l’ectropion s’aggrave progressivement, laissant la cornée découverte, exposée ; le moindre traumatisme peut être l’occasion d’un ulcère, l’ectropion devient ainsi, avec les années, une véritable infirmité.

Traitement

La plupart des interventions qui s’adressent à l’ectropion sénile laissent le malade exposé à la récidive de l’ectropion, si on ne traite pas au préalable l’infection lacrymale qui est souvent en cause et la conjonctive.

S’il s’agit d’un ectropion modéré, on peut se contenter de petits moyens :

Raies de feu

Après anesthésie par injection sous la conjonctive d’une solution de scurocaïne à 2 %, on trace, sur la saillie du bourrelet conjonctival, parallèlement au bord libre, une longue ligne de cautérisation au galvanocautère, pénétrant dans l’épaisseur des tissus conjonctifs du tarse.

Résection du bourrelet conjonctival

Résection du bourrelet conjonctival, par une longue incision losangique, parallèle au bord libre, suivie de suture.

Sutures de snellen

A l’aide d’un fil serti dans une aiguille à chaque bout, on place, à l’union du tiers moyen avec le tiers externe, puis à l’union du tiers moyen avec le tiers interne de la paupière, deux anses de fil.

Pour chaque anse, les aiguilles pénètrent sur le point le plus saillant du bourrelet conjonctivale, distantes l’une de l’autre de 3 mm, puis glissent dans l’épaisseur de la paupière, vers le bas, jusqu’au voisinage du rebord orbitaire.

Les fils sont serrés sur la face cutanée, sur un bourdonnet de gaze ou une perle, jusqu’à formation d’un ectropion léger. Les anses de fil sont laissées 8 jours, le temps d’une organisation cicatricielle.

Paupière
Paupière

Tarsorraphie

Le résultat de ces méthodes de traitement est aléatoire. C’est pourquoi il est bon d’y adjoindre une tarsorraphie interne, limitée au voisinage du point lacrymal.

La blépharorraphie prélacrymale a l’avantage de corriger l’ectropion du point lacrymal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here