Diaphanoscopie : une méthode d’examen utile

1
434

On peut éclairer vivement l’intérieur de l’oeil à travers la sclérotique, à l’aide d’appareils construits sur le principe de l’éclaireur de Rechon-Duvi-Gneaud.

La lumière d’une petite ampoule électrique, enfermée dans un tube opaque, est “canalisée” par une baguette de crown glass.

La baguette a une forme conique ; elle est recourbée pour que son extrémité s’applique intimement sur la sclérotique.

La baguette est extérieurement couverte d’un vernis opaque, de sorte que son extrémité seule joue le rôle de source lumineuse.

Technique

Le malade est placé dans l’obscurité complète.

La pupille est dilatée, la conjonctive anesthésiée par instillation d’holocaïne.

L’extrémité de l’appareil soulevant la paupière est insinuée dans le sac conjonctival est appliquée successivement en différents endroits de la surface sclérale, tandis que le sujet regarde dans une direction opposée.

L’observateur examine à travers la pupille la lueur pupillaire très  vive.

Il peut tout aussi bien examiner le fond d’oeil, soit à l’oeil nu, en se plaçant très près, soit à l’ophtalmoscope électrique, en utilisant des verres convexes, suivant la région de l’oeil qu’il veut observer.

Indications

 

Ce procédé d’examen peut être très utile en diverses circonstances :

Diagnostic d’une tumeur de la choroïde

Tumeur de la choroïde
Tumeur de la choroïde

Il peut être parfois difficile de décider si, sous un décollement de la rétine, il y a ou non une tumeur de la choroïde.

L’appareil est placé en regard du siège présumé de la tumeur et déplacé lentement.

Au moment où la lumière, traversant la sclérotique, est en regard de la tumeur opaque (tumeur mélanique), la lueur pupillaire s’assombrit considérablement.

Si on examine le fond d’oeil, en se plaçant très près on voit, à travers la rétine décollée, la tumeur opaque, ses dimensions, ses limites.

On peut aussi approcher de la région maculaire en faisant regarder le malade du côté nasal et en introduisant l’appareil profondément dans la partie externe du sac conjonctival.

Même si l’appareil n’atteint pas la région de la tumeur, parce que celle-ci est très postérieure, on peut observer le fond d’oeil et entrevoir la tumeur sous la rétine décollée.

De  même, on peut distinguer facilement une tumeur mélanique d’un décollement de la choroïde.

Cet examen expose à des erreurs.

On ne doit tenir compte que des données indiscutables.

Tumeurs du corps ciliaire et de l’iris

On distingue facilement une tumeur mélanique opaque du kyste transparent de l’iris.

Il est possible, en éclairant la région ciliaire et en la déprimant légèrement avec l’appareil (Trantas), de faire apparaître la région ciliaire et de l’observer en même temps à l’ophtalmoscope, avec un verre convexe de 15 à 20 dioptries.

On peut aussi mieux observer ou découvrir une désinsertion de la rétine, une plaie ou un corps étranger de la région ciliaire, une irido-dialyse ou une cyclodialyse.

Déchirure de la rétine décollée

Rétine détachée
Rétine détachée

En cas de doute laissé par l’ophtalmoscopie, la diaphanoscopie permet de découvrir une déchirure mal visible sur la rétine réappliquée.

De même, elle peut être utilisée, au cours de l’opération, pour le repérage de la déchirure.

La diaphanoscopie est une méthode d’examen très intéressante et parfois très utile.

1 COMMENTAIRE

  1. ouaguini

    Bonsoir jai une mambraine Épi maculaire entrainant soulevement retinien

    Svp une reponse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here