Diagnostic d’une plaie pénétrante dans l’œil

0
348

On a peine à décider s’il s’agit d’une plaie pénétrante ou d’une simple contusion.

Le diagnostic immédiat peut être difficile

Les commémoratifs ne sont pas nets ; le blessé frappait une pierre avec un marteau, ou le sol avec une pioche ; il croit avoir reçu un choc, par un éclat de pierre.

Il y a du sang dans la chambre antérieure, mais l’œil n’est pas mou. Même l’examen à la lampe à fente ne permet pas toujours de trancher immédiatement la question.

La cornée est bien éraillée et trouble, mais les signes de traversée ne sont pas évidents. On peut croire à des plis de la descemet.

On ne peut pas affirmer qu’il y ait un trou dans l’iris. Il y a bien un caillot plaqué dans l’angle de la chambre antérieure, mais il peut tout aussi bien masquer une iridodialyse discrète.

Un caillot suspendu au bord pupillaire empêche d’observer les lésions de l’iris sous-jacent ; s’agit-t-il d’un trou ou d’une simple encoche du bord pupillaire ?

Même les opacités cristalliniennes que l’on observe au voisinage peuvent être dues à une cataracte contusive.

Opacités cristalliniennes
Opacités cristalliniennes

La question ne peut être tranchée par l’examen clinique. Il faut avoir recours à une radiographie. Celle-ci révèle la présence dans l’œil d’un corps étranger.

Mais il faut savoir que la radiographie elle-même ne révèle pas toujours un corps étranger de petit volume et c’est encore là une des raisons pour lesquelles le corps étranger intra-oculaire peut être méconnu. Seule, une radiographie instantanée révèle un corps étranger de petit volume.

Le diagnostic, après quelques jours, peut être plus difficile encore

Le blessé n’a pas souffert au moment de l’accident et la vision n’a pas été troublée. Il a cru avoir une paille dans l’œil et le médecin, parfois l’ophtalmoscopique lui-même, a cru voir et enlever une paille de la cornée.

Le trouble de la vision ne s’est manifesté qu’après quelques jours ; il s’est aggravé progressivement. L’œil est devenu douloureux et rouge.

Le blessé ne se présente qu’après quelques jours ou quelques semaines, avec les signes d’une irido-cyclite ou les signes d’un ulcère à hypopyon.

On peut croire à une irido-cyclite d’origine endogène. On peut croire à un ulcère à hypopyon de la cornée, par étranger intra-oculaire se dissilmule parfois sous le masque d’une iridocyclite, plus souvent encore sous le masque d’un ulcère à hypopyon.

Une paille métallique sur la cornée
Une paille métallique sur la cornée

Le diagnostic rétrospectif

Le diagnostic rétrospectif se pose souvent en pratique, le blessé a complètement oublié l’accident, qui lui avait paru insignifiant.

Il se présente quelques mois, quelques années plus tard pour un trouble visuel mal défini.

L’attention peut être attirée par la coloration vert jaune de l’iris et l’on découvre les signes d’une sidérosé oculaire symptomatique d’un éclat de fer demeuré dans l’œil.

On observe chez en enfant les signes d’un pseudogliome et l’on est conduit, par un examen attentif, à soupçonner la présence d’un corps étranger, que révèle la radiographie.

On découvre au fond d’œil les signes d’une papillite. L’examen permet de découvrir un corps étranger visible à l’ophtalmoscope.

Les cas de ce genre ne sont pas exceptionnels, ils sont d’observation courante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here