Autre paralysie de la convergence

0
304

Lorsque les deux yeux fixent un point à l’infini, ils sont en parallélisme et les images de ce point se font de chaque côté sur la fovéa.

Autre paralysie de la convergence est exceptionnellement associée à la paralysie de tous les mouvements du regard : verticalité et latéralité.

Elle peut être combinée encore avec une paralysie du III ou du VI ; il y a alors diplopie spontanée.

Paralysie du III
Paralysie du III

Diagnostic de la paralysie de convergence

Porter le diagnostic de paralysie de la convergence est toujours délicat et il convient de ne l’affirmer qu’après avoir éliminé les causes d’erreur.

Il peut en effet s’agir d’une insuffisance fonctionnelle de convergence, d’une asthénopie musculaire ou hétérophorie (myopie non corrigée).

Il peut s’agit d’une amblyopie unilatérale. La vision binoculaire n’existait pas auparavant. Lorsqu’on sollicite la convergence en pareil cas, il arrive qu’un seul œil s’oriente vers le doigt qu’on approche, l’autre se dévie en dehors.

Le malade parvient encore à converger, en regardant son propre doigt qu’il approche devant lui.

Souvent aussi la convergence ne se produit pas parce qu’elle n’est pas sollicitée de façon assez impérative, chez un malade déprimé, épuisé.

On pourrait croire à une parésie de la convergence. C’est pourquoi il faut solliciter la convergence par un point qui retienne l’attention : point lumineux, caractère d’imprimerie.

Évolution de la paralysie de convergence

Évolution de la paralysie de convergence se fait avec des alternatives d’amélioration et d’aggravation.

Comme séquelle d’encéphalie, elle aboutit le plus souvent à un strabisme divergent qu’il peut être difficile de distinguer d’un strabisme datant de l’enfance.

Le fait qu’on peut mettre en évidence la diplopie est en faveur d’une paralysie de la convergence.

Vision diplopie
Vision diplopie

Étiologie

La paralysie de convergence s’observe, avec une grande fréquence dans l’encéphalite épidermique, avant tout comme séquelle post-encéphalitique.

On la rencontre beaucoup plus rarement dans la sclérose en plaques. La parésie de convergence peut encore s’observer chez l’enfant dans la convalescence d’une fièvre éruptive, d’une diphtérie ou par suite d’une surmenage, d’un trouble de croissance, d’une avitaminose.

Il s’agit alors le plus souvent latente ; on l’améliore par le port de verres prismatiques, pour la vision de près.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here