L’atteinte des fibres sympathiques

0
1822

Le syndrome paralytique est réalisé par l’atteinte des fibres sympathiques en un endroit quelconque de leur trajet, depuis l’hypothalamus jusqu’à l’œil.

Atteinte de la chaîne sympathique cervicale

Toujours liées aux affections du système nerveux, le plus souvent à l’occasion d’un traumatisme : section du sympathique au cou (coup de feu, bris de glace d’auto, coup de couteau, résection du ganglion cervical supérieur ou du ganglion stellaire, infiltration stellaire, fracture du col de la première côte et même ligature de la vertébrale.

La chaine sympathique cervicale
La chaine sympathique cervicale

Tumeur du cou :

  • goitre
  • cancer thyroïdien
  • tumeur de l’espace rétro-parotidien
  • squirre de la parotide

Adénite cervicale, le plus souvent néoplasique, anévrysme de la carotide, côte cervicale.

Tumeur du médiastin ; plus rarement :

  • cancer de l’œsophage
  • anévrysme de la crosse de l’aorte
  • cancer du poumon

Atteinte au niveau des racines rachidiennes

C’est le cas des paralysies du plexus brachial, type inférieur, par lésion de la première racine dorsale dans laquelle sont rassemblées la plupart des fibres pupillaires. Cela peut causer des brûlures oculaires.

Cela suppose l’atteinte avant la sortie du trou de conjugaison. La section expérimentale à 1 cm en dehors du trou de conjugaison ne donne pas lieu au syndrome.

Les rares cas observés, associés aux névrites post-sérothérapiques, sont attribués par Mazel et Dechaume à un urticaire des racines rachidiennes.

Atteintes dans la moelle cervicale

Le syndrome typique (lésion au niveau du centre cilio-spinal) est très rare. En général, le myosis existe seul ou prédomine dans le cas de lésion haut située ; les troubles vaso-moteurs et sécrétoires prédominent dans le cas de lésion bas-située.

Toutes les affections médullaires peuvent être en cause :

Lésions traumatiques (hématomyélie) ;

Syringomyélie surtout. Le syndrome typique de Claude Bernard unilatéral s’observe dans 15 % des cas ; les lésions de syringomyélie sont alors unilatérales. Le myosis est parfois bilatéral.

Abcès par congestion du mal de Pott. Barré décrit les signes prémonitoires de la compression médullaire : troubles sensitifs et vaso-moteurs des membres supérieurs, accompagnés de douleurs du type causalgique et souvent associés au syndrome de Claude Bernard.

Tumeurs de la moelle, pachyméningite syphilitique ou tuberculeuse, spondylite, tabès, Le myosis dit spinal est alors associé au ptosis, sclérose en plaques.

La poliomyélite intéresse avec élection les cornes antérieures. On a vu cependant le myosis, avec rétrécissement de la fente palpébrale associé à la paralysie flasque du bras.

Le myosis
Le myosis

Les cas décrits de syndrome de Claude Bernard-Horner, de nature congénitale, caractérisés par la sclérodermie, avec hémiatrophie faciale, hétérochrome de l’iris, anomalie du sternum, troubles trophiques de la main, semblent faire partie du syndrome actuellement décrit sous le nom de syndrome dysraphique.

Ils sont attribués à une anomalie de développement des cordons cervicaux de la moelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here