Altérations cicatricielles de la cornée

0
8071

Les lésions de la cornée qui n’intéressent que l’épithélium guérissent sans laisser de trace.

Taies de la cornée

Par contre, les lésions qui intéressent le parenchyme se cicatrisent par un processus d’organisation conjonctive, qui entraîne une perte de transparence de la cornée, une opacité cicatricielle, une taie.

Taie simple, non compliquée d’adhérence de l’iris

Ce peut être une opalescence diffuse, appelée néphélion, ou encore nubécule ; ce peut être une miniscule tache circonscrite, plus ou moins dense, appelée macula.

La taie peut être centrale, paracentrale ou périphérique.

Ces taies s’observent comme reliquats de petits traumatismes de la cornée. Elles peuvent, si elles sont périphériques, n’entraîner ni baisse de la vision, ni astigmatisme.

Astigmatisme
Astigmatisme

Une opaque dense, d’un blanc pur ou porcélainé, intéresssant en général toute l’épaisseur de la cornée, s’appelle un leucome. Le leucome peut s’infiltrer secondairement d’incrustations calcaires, hylaines ou graisseuses.

Les traits simples de la cornée peuvent, suivant leur siège ou leur densité, être l’origine d’un certain nombre de trouble :

La baisse visuelle

Une taie dense, opaque, est un obstacle à la pénétration des rayons lumineux. Si elle est étendue, la vision peut être réduite à la perception de la lumière.

Lorsqu’elle siège en regard de l’aire pupillaire, elle entraîne un trouble considérable de la vision. Même une taie simplement opalescente, relativement transparente, peut gêner considérablement la vision : elle ne permet d’obtenir des objets qu’une image très imparfaite,  en raison de la dispersion des rayons lumineux, qui subissent dans la cornée une rétraction irrégulière.

La gêne est moins accusée à la lumière vive, parce que la pupille en myosis réalise un trou sténopéique ; elle s’accuse au crépuscule, du fait de la mydriase.

L’éblouissement

L’éblouissement, souvent pénible, est fréquent lorsque la taie est située en regard de l’aire pupillaire.

L’astigmatisme irrégulier

L’astigmatisme irrégulier qui accompagne une taie étendue relativement transparente déforme les objets, en donne une double image, une image multiple.

Des poussées inflammatoires

Des poussées inflammatoires, décrites sous le nom de kératite cicatricielle, de leucome réchauffé, peuvent survenir à l’occasion d’une érosion de l’épithélium, si le leucome est infiltré de cristaux.

Le strabisme

Le strabisme s’installe parfois à l’occasion d’une taie. L’œil, ne participant pas à la vision binoculaire, se dévie si le sujet est un enfant et l’œil devient ambyope.

Le strabisme
Le strabisme

Le nystagmus

Le nystagmus peut apparaître de même, comme conséquence du défaut de vision, chez un sujet jeune.

Le glaucome

Le glaucome est rarement une complication d’une taie simple ; il peut survenir cependant lorsque, à la suite d’un ulcère dit des moissonneurs, une taie porcelainée diffuse occupe toute la cornée.

Leucome adhérent

Lorsqu’une taie se complique d’adhérence de l’iris à la face profonde de la cornée, il s’agit d’un leucome adhérent.

L’adhérence peut être étendue ou limitée à une simple synéchie antérieure. Si l’iris est prolabé dans la cicatrice, il forme, au centre de la cicatrice blanche, une petite saillie noire, couverte d’une mince couche cicatricielle revêtue d’épithélium.

La ressemblance avec une tête de mouche lui a fait donner le nom de myencéphalon. Un leucome adhérent, saillant en avant à la surface de la cornée, est dit leucome adhérent proéminent.

Le leucome adhérent entraîne non seulement les mêmes troubles qu’une taie dense, il peut en outre l’occasion de graves complications :

il peut donner lieu à des poussées d’irido-cyclite torpide
il est très souvent compliqué de glaucome secondaire, par suite de l’effacement de l’angle irido-cornéen.

L’hypertension vient non seulement comme complication ; elle entraîne dans le leucome lui-même de profondes modifications :

Sous l’effet de l’hypertension, la cicatrice peut céder au niveau de l’iris prolabé ; il en résulte une fistule, accompagnée d’hypotonie du globe.

La fistule à son tour peut être elle-même l’occasion d’une infection secondaire qui peut conduire à la perte de l’œil.

Enfin, l’hypertension peut transformer un leucome adhérent en staphylome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here