Lésions infectieuses de la cornée

0
1832

Un certain nombre d’affections inflammatoires de la cornée surviennent au cours d’une conjonctivite.

Lésions superficielles de la cornée associées à une conjonctivite

Le processus qui atteint la conjonctive intéresse en même temps les couches superficielles de la cornée : épithélium, membrane de Bowman, lames superficielles, qui constituent la pars conjonctivalis corneœ. Il en est ainsi :

De la kératite phlycténulaire de l’enfant ;

Des kératites impétigineuse et eczmateuse ;

Des graves altérations de la cornée qui se manifeste au cours de la conjonctivite à gonocoques ;

Des kératites également graves qui accompagnent les conjonctivites à fausses membranes (diphtérie, conjonctivite à streptocoques) ;

De l’acné rosacée, de l’érythème polymorphe ;

Du trachome cicatriciel ;

Le trachome
Le trachome

Du catarrhe printanier ;

Du pemphigus.

Ces kératites ont été étudiées avec les conjonctives parce qu’elles font partie du tableau pathologique général décrit à l’occasion des affections de la conjonctive.

Kératites épithéliales

D’autres affections, intéressant exclusivement les couches superficielles, se manifestent d’emblée et isolément sur la couche cornée.

Elles sont caractérisées par l’apparition d’un infiltrat superficiel, bientôt suivi de l’érosion de l’épithélium? Ce sont des kératites épithéliales.

Leur étiologie est mal connue ; un certain nombre sont probablement la manifestation d’une maladie à virus.

La kératite ponctutée superficielle épidémique

C’est un tableau clinique bien caractérisé :

Chez un adulte jeune, en hiver surtout, l’affection apparaît, parfois avec un caractère épidémique, à l’occasion d’une affection pulmonaire grippale.

Elle s’annonce par de la douleur, accompagnée de larmoiement et de photophobie.

La rougeur vive de la conjonctive fait tout d’abord penser à une conjonctivites des piscines, d’autant qu’il y a souvent un ganglion pré-auriculaire. Bientôt apparaît l’hyperhémie périkératique.

Après 3 ou 4 jours, l’infiltration de la cornée se manifeste sous forme de taches minuscules, punctiformes, de teinte gris blanchâtre, à peine visibles à l’œil nu.

A la lampe à fente, elles apparaissent punctiformes ou nummulaires, parfois innombrables, disséminées à la surface de la cornée, parfois éparses au centre de la cornée, ou disposées en groupe, parfois dans un secteur limité de la cornée.

Elles dessinent en certains endroits des figures en feuille de trèfle, dues à la coalescence de taches rondes.

Elles sont exclusivement situées dans les couches superficielles voisines de ma membrane de Bowman, sous l’épithélium, qui apparaît soulevé en taupinière.

On a l’impression d’une kératite éruptive. Dans l’intervalle des taches, la cornée est légèrement trouble, œdémateuse et des plis de la descemet peuvent s’observer.

Dans les jours suivants, l’exfoliation se manifeste ; le mercurochrome colore en rouge les innombrables foyers ponctués.

La douleur est à ce moment très vive, avec impression de corps étranger.
L’affection évolue en 2 ou 3 semaines ; elle traîne parfois en longueur pendant des mois.

On a décrit des formes chroniques, évoluant avec des exacerbations passagères, pendant des années. Le plus souvent, l’affection guérit sans laisser de trace.

L’affection se présente avec un caractère épidémique. Elle a été décrite pour la première fois a Vienne, par Fuchs, à l’occasion de la grande épidémie d’influenza, en 1989, sous le nom de kératite ponctuée superficielle.

Elle était décrite, à peu près en même temps sous le nom de kératite maculaire, par Reuss ; sous le nom de kératite sous-épithéliale, par Adler ; sous le nom de kératite nummulaire, par Stellwag, par Dimmer. Plus tard, des épidémies ont été observées aux Indes.

Macula
Macula

En 1938, une nouvelle épidémie apparut en Allemagne, où elle sévit pendant plusieurs années. Elle fut ainsi redécouverte de tous côtés et décrite sous des noms différentes.

L’affection défraya la littérature ophtalmologique, dans ce pays, jusqu’en 1944. L’épidémie épargnait les enfants au-dessous de 12 ans.

A la même époque, nous en observons en France des cas assez nombreux. L’épidémie observée aux États-Unis fut particulièrement sévère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here