Affections de l’iris et du corps ciliaire

0
1327

L’iris est la partie antérieure du tractus uvéal, différenciée sous forme d’un diaphragme souple, tendu dans le plan frontal, percé d’une ouverture centrale : la pupille.


Sous-tendu par le cristallin, l’iris n’est pas un rideau absolument vertical ; son plan est refoulé en avant en direction du pôle antérieur du cristallin.

La racine de l’iris, en continuité avec le corps ciliaire, adhère circulairement à lasclérotique ; elle peut en être séparée facilement, au cliveur de Heine, dans l’opération de la cyclodialyse.

L'iris
L’iris

Elle est située à 1,5 mm environ en arrière de la partie transparence de la cornée; à la limite du limbe scléro-cornéen.

L’iris sépare ainsi l’espace péricristallinien en deux loges :

Embryologie

L’iris est formé de deux feuillets :

  • le feuillet antérieur, d’origine mésodermique, qui deviendra le stroma de l’iris
  • le feuillet postérieur, d’origine ectodermique, qui deviendra le feuillet pigmenté

Le feuillet mésodermique

Le feuillet mésodermique apparaît chez l’embryon de 2 mois ; il forme un anneau, saillant en éperon, débordant en avant le bord de la cupule optique.

Il s’étend en avant de l’épithélium cristallinien sous forme d’un voile vasculaire : la membrane pupillaire, qui se résorbera ultérieurement.

Le feuillet pigmenté

Le feuillet pigmenté est formé des deux feuillets ectodermiques de la cupule rétienne

Ceux-ci se poussent à la face postérieure du feuillet ectodermique ; ils sont accolés, séparés simplement sur le bord de la capsule par un sillon annulaire ou marginal.

C’est dans cet épithélium postérieur que se forment le sphincter de la pupille et le muscle dilatateur.

Structure

L’iris est ainsi formé de des feuillets :

  • le stroma, d’origine mésodermique, appartient au tractus uvéal
  • le feuillet pigmenté, d’origine ectodermique, appartient à la rétine

Ces deux feuillets sont intimement appliqués l’un sur l’autre mais, dans certaines circonstances, ils deviennent facilement clivables l’un de l’autre, de sorte qu’une iridectomie peut n’enlever que le stroma et laisser en place le feuillet pigmenté. Cela arrive souvent dans le diabète.

Stroma formé d’un feutrage de fibres conjonctives

Le stroma est formé d’un feutrage de fibres conjonctives très délicates, porte-vaisseaux ; dans l’ensemble orientées en sens radiaire, elles s’entre-croisent dans la partie pupillaire de l’iris.

Les fibres se condensent en arrière su stroma en une plaque fibreuse musculaires. Il n’y a  pas d’endothélium à la face antérieure du stroma.

Le feuillet pigmenté

Le feuillet pigmenté est formé des deux couches de cellules extrêmement chargées de pigment qui ne sont bien visibles que sur l’œil albinos ou sur l’iris dépigmenté.

Le feuillet, plissé en sens radiaire à sa face postérieure, dessine des cannelures qui orientent vers la pupille ciliaire.

Sur le bord de la pupille, le feuillet s’incurve en avant, déborde la pupille, dEssinant la bordure pigmentée de l’iris.

Le muscle sphincter de la pupille

Le muscle sphincter de la pupille est situé à la jonction des deux feuillets, près de la marge pupillaire ; il forme un ruban annulaire entourant la pupille, coulissant comme dans une ganse à laquelle les fibres musculaires adhèrent cependant.

Le muscle dilatateur

Le muscle dilatateur de la pupille est une lame myo-épithéliale étalée à la face postérieure du stroma. Il s’étend de la racine de l’iris au voisinage de la pupille où il s’insère à la plaque fibreuse qui sépare les deux muscles.

Les vaisseaux de l’iris

Les artères proviennent du grand cercle artériel de l’iris dont les branches, implantées en dents de peigne, s’orientent en sens radiaire vers la pupille ; elles s’anastomosent dans la région de la collerette, dessinant un petit cercle artériel.

Les veines, pareillement orientées, se portent vers les veines ciliaires antérieures.

Les veines ciliaires
Les veines ciliaires

Les nerfs de l’iris

Les nerfs de l’iris proviennent des nerfs ciliaires. Ils renferment des fibres venues du trijumeau, du parasympathique et du sympathique.

Ils se dirigent en sens radiaire vers la pupille, formant des réseaux musculaires destinés aux muscles sphincter et dilatateur de la pupille, des réseaux sensitifs qui se portent dans les couches antérieures du stroma, des réseaux vaso-moteurs, qui se portent vers les artères de l’iris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here