Affections inflammatoires des paupières

0
1944

Dans l’inflammation de la peau et du tissus cellulaires sous-cutané, il y a eczéma des paupières et son traitement.

Eczéma des paupières

Des sujets de tout âge, par suite d’une prédisposition (arthritisme, obésité, diabète, scrofulose) ont une peau fragile, sensible à toute irritation.

Il suffit d’un éclat de régime pour provoquer chez eux une poussée d’eczéma.

L’eczéma peut être limité aux paupières

Il y a alors le plus souvent une cause locale.

Si, à l’occasion d’une affection quelconque de l’œil, on est amené à appliquer un antiseptique (acide borique, sublimé, teinture d’iode), à fixer un pansement à l’aide d’un adhésif (leucoplaste), à user d’une pommade à l’oxyde jaune de mercure, à appliquer même un simple pansement occlusif ou un pansement humide, on peut voir apparaître en eczéma limité aux paupières.

C’est le cas particulièrement lorsque le malade, par un traitement intempensif ou indûment prolongé, employant un collyre souillé dans un flacon malpropre; entretient une conjonctivite, accompagnée de larmoiement intense.

L’eczéma aigu suintant

L’eczéma aigu suintant dans ces conditions. La peau des paupières devient rouge, se couvre de papules hérissées qui se transforment en vésicules.

Eczéma aigu
Eczéma aigu

Celles-ci s’ouvrent, donnant lieu à un suintement séreux. Après quelques jours, le suintement se tarit ; la peau se couvre de croûtelles jaunâtres, qui se dessèchent pour faire place à une desquamation.

La teinte érythémateuse de la peau s’atténue peu à peu. La première poussée d’eczéma guérit simplement.

L’eczéma des paupières s’accompagne presque toujours d’une conjonctivite intense qui, le plus souvent, est la cause même de l’eczéma.

Des rhagades, douloureuses crevassent la commissure externe. Le larmoiement abondant entretient l’eczéma. Le prurit est insupportable.

Dans ces conditions, l’eczéma traîne en longueur. le grattage entretient une excoriation. Le derme mis à nu, rouge vif et saignant, s’infecte secondairement, se couvre de pustules. Une dermite érysipélateuse se dessine et s’étend.

L’eczéma chronique récidivant

L’eczéma, une fois guéri, peut récidiver. Il peut se manifester alors :

Sous forme d’eczéma aigu suintant, parfois associé à un eczéma narinaire, à un eczéma étendu de la face.

Soit sous forme d’eczéma squameux. Dans ce cas, la peau du visage devient érythémateuse, surtout autour des paupières ; elle se couvre de squames furfuracées ; le prurit est intense.

Le bord des paupières participe à la desquamation.

La conjonctive est simplement hyperhémiée. L’affection des paupières guérit en même temps que l’eczéma de la face.

Dans les cas où une infection lacrymale latente d’origine nasale se réveille, entraînant un larmoiement intense, chez un enfant scrofuleux à téguments bouffis, chez une femme obèse à peau fragile, l’eczéma, à peine guéri, récidive.

Puis un eczéma chronique s’installe, accompagné d’une kératite eczémateuse de la plus haute gravité.

L’évolution traîne, lamentable, pendant des mois ou même des années, avec des accalmies interrompues de poussées aiguës. Dans l’intervalle, la peau est sèche, rugueuse, lichénoïde. Un ectropion de la paupière inférieure s’installe peu à peu.

Ectropion des paupières
Ectropion des paupières

Traitement

Il doit être d’abord prophylactique. Chez les sujets à peut fragile, il convient d’éviter les pansements occlusifs, les pommades antiseptiques, les traitements intempestifs qui entretiennent le larmoiement.

Au cours des poussées d’eczéma aigu suintant, le traitement locale consiste en attouchements de la surface suintante avec une solution de nitrate d’argent à 2 % ou mieux à l’alcool à 60 °, suivis d’un poudrage à l’exoseptoplix, ou à une poudre neutre stérile.

Il importe surtout d’éviter le grattage, cause d’infection secondaire : chez l’enfant, en immobilisant les bras dans des cylindres de carton ; chez l’adulte, en plaçant un voile devant la face.

Dans certains cas, le malade doit être maintenu au lit, couché dans des draps stériles, tout au moins la face reposant sur un ligne stérile. Le plus grand soins doit être apporté à l’infection nasale latente qui entretient le larmoiement.

Les voies lacrymales sont toujours très perméables en pareils cas ; le point lacrymal est béant. Les lavages des voies lacrymales, dans l’intervalle des poussées, à la pénicilline, au liquide de Dubard, peuvent mettre fin aux récidives.

Le traitement général très important, est celui de l’eczéma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here