Traitement des tumeurs du nerf optique

0
1754
Il est possible de se protéger du cancer par des moyens simples et naturels : lisez Anticancer de David SERVAN-SCHREIBER, un best seller.

Le traitement du gliome est dominé par le fait qu’il s’agit d’une tumeur de malignité purement locale, radio-sensible, mais qui se propage vers le chiasma.

Traitement des tumeurs du nerf optique

L’expiration par voie orbitaire, à la faveur d’une simple orbitotomie ou d’une orbitotomie élargié, n’est justifiée que si la radiographie ne montre pas d’élargissement du canal optique, car une ablation incomplète n’arrête pas la progression vers le chiasma.

La section du nerf est faite à l’apex de l’orbite, puis la tumeur est basculée d’arrière en avant et enlevée avec le globe. La conservation du globe n’est pas justifiée, le résultat esthétique est médiocre.

Si la radiographie du crâne révèle la propagation intra-crânienne, l’opération par voie transfrontale est seule de mise.

Si le relevé du champ visuel montre l’envahissement du chiasma ; l’opération ‘est plus justifiée. On peut encore avoir recours à la radiothérapie.

Le traitement de l’endothéliome est dominé par le fait que la tumeur infiltre l’orbite, mais respecte les fibres nerveuses.

Tumeur orbitaire
Tumeur orbitaire

Une excision de la tumeur, avec conservation du nerf lui-même, est justifiée par le fait que la récidive locale, même après ablation incomplète, est relativement rare.

Si l’œil est aveugle, c’est à l’exentération extra-périostée de l’orbite qu’il faut avoir recours.

Les tumeurs secondaires, métastatiques, d’un cancer du sein, des bronches, de l’estomac doivent être connues. Elles se traduisent par l’œdème de la papille ou une formation tumorale de la papille.

Tumeurs de la papille

Elles sont extrêmement rares.

On les découvre, parce qu’on examine systématiquement le fond d’œil.

Dans la maladie de Bourneville, il n’est pas rare qu’une tumeur en champignon occupe la papille.

Elle est de teinte gris fumeux, translucide, parfois creusée de formations lacunaires. Il s’agit probablement d’une prolifération gliale dans le tissu de la papille.

Ces tumeurs n’ont pas d’histoire clinique.

On découvre fortuitement, une tumeur rouge développée primitivement dans le tissu de la papille.

L’acuité visuelle peut être normale. Si la tumeur s’étend à l’intérieur du tronc nerveux, la baisse visuelle peut aller jusqu’à la cécité.

La tumeur, développée sur la choroïde au voisinage immédiat de la papille, se présente apparemment comme une tumeur de la papille.

C’est le cas d’un cancer mélanique, et surtout d’un nodule métastatique (cancer du sein, des bronches, de l’estomac).

En pareil cas, l’évolution se fait vers le décollement de la rétine, parfois vers le glaucome secondaire.

Décollement rétine
Décollement rétine

Le diagnostic d’une tumeur de la papille est toujours difficile à moins qu’il ne soit éclairé par le contexte clinique ou par le contexte ophtalmoscopique que donne l’examen de l’autre œil.

Une tumeur nettement circonscrite, unilatérale, est probablement une tumeur primitive.

une tumeur métastatique présente le plus souvent un aspect inflammatoire. Elle pourrait être confondu avec une choroïdite juxta-papillaire.

Il faut toujours penser au tubercule solitaire de la papille, à la gomme syphilitique de la papille.

Un œdème de la papille, en champignon, saillant de 8 ou 10 δ, malgré son apparence tumorale, ne saurait prêter à confusion, car il est toujours bilatéral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here