Traitement du strabisme

0
576

Le strabisme en tant que défaut visuel qui touche surtout les enfants peut parfois être évité.

Prophylaxie

Il convient de surveiller les tout jeunes enfants qui ont, à un moment donné, manifesté une loucherie intermittente ; ils ont un retard ou un défaut du pouvoir de fusion.

Il faut surveiller les enfants de 1 an qui présentent une anisométropie ou une hypermétropie forte. Dès cet âge, toute inégalité d’acuité visuelle doit être rectifiée.

L'hypermétropie
L’hypermétropie

Traitement du strabisme devenu manifeste

Il se propose, comme but idéal :

  • la correction de la déviation des yeux
  • le rétablissement de la vision binoculaire

Le traitement, orienté par les données suivantes de l’examen clinique :

Mesure de l’angle strabique, objectif ;

Mesure de l’angle subjectif, ou de projection visuelle ;

Renseignements recueillis sur l’état des correspondances rétiniennes et  la qualité des projections ;

Données sur l’existence de la perception simultanée, premier stade vers la vision binoculaire ;

Renseigné ainsi sur l’espoir qu’il a de rétablir la vision binoculaire, doit être conduit de la façon suivante :

Il doit être entrepris de bonne heure

Il doit être entrepris de bonne heure, dès que le strabisme est constaté chez un jeune enfant.

Si le traitement est institué de façon précoce et correcte, un grand nombre de cas guérissent avec vision binoculaire.

Si le traitement est négligé au début, la restauration fonctionnelle, tentée tardivement, peut être vouée à l’échec.

Une guérison réduite à la correction esthétique n’est qu’une façade.

Malheureusement, trop souvent, ce qui compte pour le malade ou pour ses parents, c’est la correction de la déviation, c’est le résultat esthétique.

C’est là une des raisons pour lesquelles le traitement du strabisme n’est pas toujours réalisé dans les conditions idéales.

La méthode de traitement varie suivant que le strabisme est observé de bonne heure, chez le jeune enfant, ou tardivement, chez un adolescent ou un adulte.

Mais il ne faut pas perdre de vue que, si l’on veut espérer une restauration fonctionnelle, toutes les méthodes, y compris le traitement chirurgical s’il est nécessaire, doivent être mises en jeu pendant la période où le pouvoir de fusion est encore malléable, c’est-à-dire avant l’âge de 5 ou 6 ans.

Il doit s’appliquer d’abord à la correction optique de l’anomalie de réfraction

L’enfant doit être examiné avant et après instillation d’atropine et la réfraction doit être déterminée avec soin.

L’hypermétropie totale doit déterminée. Cependant, il vaut mieux la laisser légèrement sous-corrigée de 0,5 δ, pour que l’enfant conserve une bonne vision lorsqu’il regarde au loin.

L’astigmatisme, s’il est direct, peut être sous-corrigé. L’astigmatisme oblique exige la correction complète.

L'astigmatisme
L’astigmatisme

La myopie doit être corrigé, l’amélioration de la vision diminuant l’effort de convergence.

L’anisométropie exige le plus grand soin. Il est important d’égaliser la grandeur des images, d’éviter l’aniséiconie.

Naturellement, suivant que le strabisme est convergent ou divergent, ces principes généraux peuvent être assouplis ou modifiés.

Les verres peuvent être portés e très bonne heure, dès l’âge de 1 an, mais cela dépend du caractère de l’enfant. Ils doivent être portés constamment.

La correction du vice de réfraction suffit parfois à elle seule à guérir le strabisme. Dans le cas de déviation légère, ne dépassant pas 10°, il arrive qu’après 6 mois ou 1 an la guérison soit obtenus, avec parallélisme parfait des axes visuels, bonne fusion, vision binoculaire allant parfois jusqu’à la vision stéréoscopique.

Le traitement doit cependant être poursuivi. Les lunettes les plus faibles maintiennent le jeu normal de l’accommodation-convergence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here