Examen au synoptophore

0
2366

La plupart des examens que nous venons de décrire sont actuellement pratiquement périmés. Le synoptophore suffit en effet à presque tout.

Aptitude à la fixation ; mesure de l’angle objectif de déviation ; mesure de l’angle subjectif ou de projection visuelle ; examen de la vision binoculaire.

L’enfant est assis devant le synoptophore, de façon aussi confortable que possible et de sorte que les yeux soient à hauteur correcte, pour regarder au centre des lentilles.

L’orthoptiste peut trouver commode d’immobiliser de sa main gauche la tête de l’enfant.

L'orthoptiste
L’orthoptiste

En vue d’obtenir une appréciation exacte, la position des oculaires doit être ajustée à la distance interpupillaire.

Les épreuves sont faites, l’enfant d’abord sans verres puis l’enfant muni des verres correcteurs du vice de réfraction.

Aptitude à la fixation

La fixation de chaque œil est étudiée séparément. Les tubes doivent être au O.

On place dans la glissière des tubes les images qui servent à éprouver la vision simultanée, par exemple :

A droite est alors invité à regarder l’oiseau, et la position du reflet cornéen sur l’œil droit est notée

On le prie alors de regarder la cage, et la position du reflet cornéen sur l’œil gauche est notée.

Si, lorsque l’enfant fixe, la position du reflet cornéen n’est pas exactement au centre de la pupille, pour chaque œil, c’est qu’il existe un angle α assez grand pour être mesuré.

Si on néglige de le faire, ma mesure de l’angle strabique peut être légèrement erronée.

Pour mesurer l’angle α,  on utilise un test formé d’une rangée de chiffres espacés de 1°. L’enfant doit regarder le O d’abord, puis ensuite les chiffres, jusqu’à ce que le reflet cornéen soit au centre de la pupille.

Le chiffre fixé à ce moment donné, en degrés, la mesure de l’angle α.

Mesure de l’angle objectif de déviation

On peut conserver les mêmes images à condition qu’un point de fixation soit marqué, sinon on utilise les images destinées à la vision maculaire (un petit carré et un petit cercle, un petit lion et une petite cage).

La vision maculaire
La vision maculaire

Tandis que l’œil droit, fixe attentivement le carré, on amène, à l’aide du bras de levier, le reflet cornéen de l’œil gauche à être symétrique au reflet cornéen de l’œil droit.

La mesure de l’angle objectif de déviation se trouve alors inscrite en degrés sur l’arc gradué.

Mesure de l’angle subjectif

Sans toucher à l’appareil, on demande alors à l’enfant de regarder les deux images.

Si le lion est dans la cage, si le cercle est inscrit dans le carré, c’est que l’angle subjectif, ainsi mesuré, est égal à l’angle objectif et qu’il n’y a pas correspondance anormale.

Sinon ,on invite l’enfant à mettre lui-même, en mobilisant le bras de levier, le lion dans la cage ou le cercle dans le carré, et on note la mesure sur l’arc gradué.

Si l’angle subjectif est plus petit que l’angle objectif, c’est qu’il y a correspondance anormale et la différence entre les deux angles mesure l’angle d’anomalie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here