Symptômes de la cataracte corticale

0
2451

Elle se manifeste après le cinquantaine, sauf dans les cas rares de cataracte familiale qui, à chaque génération, se manifestent à un âge, moins avancé.

Les signes subjectifs

Le malade se plaint de voir mal. Le trouble visuel se manifeste progressivement par une impression de voile placé devant les objets, de brouillard diffus dans la vision des objets éloignés.

Cataracte corticale
Cataracte corticale

Il arrive au sujet de voir double s’il fixe une petite source lumineuse (diplopie monoculaire).

Alors que jusqu’ici il était obligé de mettre des lunettes pour lire, il peut maintenant s’en passer. Il s’en est réjoui d’abord, mais la vue reste brouillée (myopie cristallinienne due au gonflement, à l’intumescence du cristallin).

Parfois, il se plaint d’éblouissement. Souvent, il voit mieux à la lumière vive du jour que le soir.

Cela s’explique par le fait que le myosis lui permet de mieux utiliser la partie centrale du cristallin restée transparente alors que, lorsque la pupille est dilatée, les opacités périphériques entraînent des phénomènes de diffraction.

Ces troubles se sont installés lentement, depuis 1 an ou 2, ils ont augmenté rapidement depuis quelques mois.

Les signes objectifs

A l’examen direct et à l’éclairage oblique, le champ pupillaire n’est pas tout à fait noir. On entrevoit des opacités blanchâtres.

Après dilatation de la pupille, l’examen ophtalmoscopique au miroir plan montre, tranchant en noir sur le fond rouge, des opacités radiaires, qui convergent en coin vers le centre du cristallin.

L’examen à l’ophtalmoscopique électrique, avec un verre convexe de 10 à 20 δ, permet de situer ces opacités, avec précision, dans le cristallin.

L’examen à la lampe à fente montre, dans les couches profondes de l’écorce encore transparente, des signes qui laissent prévoir l’évolution d’une cataracte progressive. Ce sont :

La déhiscence des sutures

Sur le plan déjà un peu opalescent, soyeux, moiré, des couches corticales, on observe des fentes orientées en sens radiaire, transparentes, sombres lorsqu’on les observe en lumière directe, transparentes en lumière réfléchie ; ce sont des vergetures.

La déhiscence des sutures est un signe de cataracte commerçante. Bientôt on voit, dans l’aire transparente, de petites gouttelettes opaques se ranger au centre de la vergeture.

Les vacuoles sous-capsulaires

Les vacuoles sous-capsulaires que l’on voit, comme des gouttelettes d’eau, sous la cristalloïde antérieure.

La dissociation lamellaire

Ce sont des lignes blanches, extrêmement fines qui courent parallèles dans les couches corticales superficielles, perpendiculairement aux sutures.

Ce sont les fibres du cristallin gonflées, imprégnées de liquide, en voie d’opacification.

Cristallin loupe
Cristallin loupe

Les opacités cunéiformes

C’est là la forme la plus habituelle d’une cataracte déjà en évolution. On voit venir, de l’équateur cristallinien, orientées en sens radiaire, des opacités en forme de coin dont les pointes convergent vers le centre.

On les voit à cheval sur l’équateur, comme des cavaliers et elles occupent, dans l’écorce postérieure, la couche correspondante à celle qu’elles occupent dans l’écorce antérieure. Le centre du cristallin est d’abord libre d’opacités et transparent.

Peu à peu, au cours de l’évolution, ces opacités augmentent de dimensions, se rapprochent latéralement les unes des autres et viennent se réunir au cente du cristallin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here