Le strabisme convergent

0
1630

Les deux yeux sont constamment en état de convergence. Lorsqu’un œil fixe, l’autre se dévie en dedans. C’est le strabisme convergent.

Étiologie

C’est de beaucoup la forme la plus fréquente de strabisme. Le strabisme se manifeste dès les premiers mois de la vie, de façon intermittente.

Ce peut n’être alors qu’un retard de développement du pouvoir de fusion ; le strabisme disparaît vers le 6e mois.

Le strabisme convergent est le plus souvent en relation avec l’hypermétropie de degré moyen (80 % des cas).

Le strabisme convergent
Le strabisme convergent

L’hypermétropie, en effet, obligé d’avoir recours à son pouvoir d’accommodation, de façon démesurée, est ainsi amené à converger de façon exagérée (strabisme accommmodatif).

Le strabisme apparaît de bonne heure chez le jeune enfant, entre 2 et 3 ans, à un page où le pouvoir de fusion n’est pas encore fermement établi.

Il apparaît plus rarement vers la 5e année. Il peut se montrer de façon intermittente, à l’occasion de la fatigue, ou lorsqu’un enfant regarde un objet de trop près ; il suffit parfois de corriger l’hypermétropie pour mettre fin à la loucherie.

L’astigmatisme accompagne souvent l’hypermétropie. L’anisométropie est fréquente.

Le strabisme convergent ne s’observe cependant pas exclusivement chez l’hypermétropie.

Il se voit pas chez l’emmétropie et même chez le myope (4 % des cas) amené, pour voir net de près, à forcer la convergence et à la conserver.

Le strabisme convergent peut être encore en relation avec une amblyopie congénitale (cataracte congénitale) ou acquise (lésion maculaire, leucome cornéen).

Formes cliniques

Le strabisme convergent est le plus souvent monoculaire, unilatéral. Il s’agit alors d’hypermétropie avec anisométropie.

Anisométropie
Anisométropie

Le strabisme, d’abord alternant, devient peu à peu monoculaire et l’amblyopie s’installe sur l’œil dévié, le moins bon.

L’enfant conserve cependant la faculté de récupérer la vision binoculaire.

Il est plus rarement alternant. Le malade louche tantôt d’un œil, tantôt de l’autre, suivant la direction du regard.

L’œil droit est fixateur pour la moitié gauche du champ ; le gauche, pour la moitié droite. L’aptitude à la fusion, en pareil cas, est en général réduite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here