Les formes cliniques et évolution de la myopie

0
1437

On distingue, pour faciliter la désignation :

  • la myopie faible, c’est-à-dire de faible degré, ne dépassant pas 4 dioptries
  • la myopie moyenne, de 4 à 8 dioptries
  • la myopie forte, supérieure à 8 dioptries
  • les myopies de 12,14, et 46 dioptries sont couramment observées
  • on peut voir des myopes de 30 dioptries et même davantage

Cette désignation n’a qu’un intérêt relatif et n’est d’ailleurs valable que pour la myopie de l’adulte, car une myopie de 4 dioptries, chez une enfant de 6 ans, est déjà une myopie de degré élevé.

Du point de vue de l’évolution, qui nous intéresse plus que tous, on peut distinguer 2 formes cliniques de myopie :

  • la myopie par vice de réfraction
  • la myopie pathologique

La myopie par vice de réfraction

  • elle apparaît vers l’âge de 6 ans
  • tend à augmenter d’année en année de 1/2 ou 1 dioptries au cours de la période de croissance
  • cesse de s’accroître après quelques années
  • ne s’accroît plus, en tout cas, lorsque la croissance est terminée, vers l’âge de 22 ans

Elle demeure, le plus souvent, une myopie de faible degré, ne dépassant guère 8 dioptries.

L’oeil est trop allongé comme le nez peut être trop fort ; c’est une myopie de conformation.

Elle est susceptible d’entraîner des troubles fonctionnels dus :

  • à l’insuffisance de convergence, avec parfois strabisme divergent périodique apparaissant lorsque l’enfant est privé de ses verres correcteurs, lorsque l’attention n’est pas attirée vers un objet
  • à l’asthénopie musculaire ou hétérophorie
  • au spasme de l’accommodation

Mais elle est compatible avec une vision normale obtenue par la correction.

Les altérations du fond d’oeil font défaut.

Les complications ne sont pas à redouter.

Les myopes même jouissent de quelques avantages, qui peuvent leur servir dans la profession choisie :

  • ils voient de très près des détails qui échappent à l’emmétrope.
  • les inconvénients de la presbytes ne se font sentir que plus tard ; c’est ainsi qu’un myope de 3 dioptries peut arriver à se passer de verres toute sa vie.

Mais il est faux que la myopie s’améliore avec l’âge, comme on le croit trop souvent.

La myopie pathologique

Ce n’est plus un simple vice de réfraction, c’est une véritable maladie.

Elle paraît être en relation avec une prédisposition héréditaire qui aboutit aux altérations de la choroïde.

Elle est caractérisée par les altérations anatomiques du fond d’oeil.

A vrai dire, cette dualité de la myopie, admise par les uns, discutée par d’autres, n’est pas évidente, en ce sens qu’il n’est pas toujours possible de déterminer, à l’examen d’un myope si l’on a affaire :

  • à une myopie de conformation
  • ou à une myopie maladie

Il est aussi difficile de prévoir si :

  • la myopie cessera de progresser
  • ou elle ira en s’aggravant

Seule l’évolution permet, à un moment donné, de classer un cas de myopie dans l’une ou l’autre des 2 formes cliniques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here