les exsudats : autre signes ophtalmoscopiques

0
3296

Autre signes ophtalmoscopiques : les exsudats qui  n’ont en général par eux-mêmes pas grande valeur sémiologique.

Celui-ci est déterminée bien plus par le contexte opthalmmoscopique que par l’aspect morphologique de l’exsudat.

L'exsudat
L’exsudat

Les gros exsudats blancs

Les gros exsudats blancs que l’on observe couramment en bordure d’un foyer hémorragique, on eu plein foyer, dans le cas par exemple de thrombose de la veine centrale, sont simplement des exsudats fibrineux ; ils sont sans intérêt.

De même, les exsudats que l’on observe, entremêlés d’hémorragies, au fond d’œil des hypertendus artério-scléreux, font partie du tableau de la rétinite hypertensive ; ils signifient simplement, comme les hémorragies elles-mêmes, qu’il y a gêne dans la circulation de retour du sang veineux.

Apparaissant au fond d’œil, à la suite d’un traumatisme du thorax ou du crâne, les exsudats blanc d’argent, nummulaires ou polycycliques, évoquant l’image d’une coupe de circonvolution cérébrale, cernés par des hémorragies, sont caractéristiques de l’angiopathie traumatique de la rétine.

Certains exsudats cependant, par leur seul aspect morphologique, ont déjà, en soi une signification :

Les exsudats flous et nuageux

C’est ainsi que les exsudats flous, nuageux, s’observent surtout dans l’anémie de Biermer, ils sont rarement isolés ; ils voisinent avec des hémorragies laquées.

Les exsudats blancs, réfringents, punctiformes, clairsemés sur la rétine centrale, entremêlés d’hémorragies ponctuées denses, appartiennent au tableau de la rétinite diabétique.

Une large nappe exsudative, formée d’exsudats denses, d’un blanc lumineux, étalée en couche uniforme, fenêtrée, effrangée sur les bords, rappelant la dentelle de papier dont on couvre les dragées dans un boïte de baptême, est caractéristique de la rétinite de Coats.

Les vastes plages exsudatives neigeuses, couvrant la rétine centrale et la région temporale, appartiennent à la forme exsudative de la rétinite diabétique comme à celle de la rétinite albuminurique.

Rétinite diabétique
Rétinite diabétique

D’autres exsudats prennent une signification de la façon même dont ils sont ordonnés : C’est le cas de l’image stellaire de la macula.

Il en est sans doute de même pour les exsudats ordonnés en guirlandes et décrits autrefois sous le nom de rétinite circinée.

Les exsudats en guirlandes

Les exsudats en guirlandes s’observent surtout das la choroïdite exsudative maculaire sénile qui n’est autre chose sans doute que ce que l’on décrivait sous le terme de rétinite circinée.

Mais de tels exsudats s’observent encore dans le tableau de la thrombose de la veine centrale, dans la rétinite albuminurique et surtout dans la rétinite diabétique. Ils n’ont par eux-mêmes pas grande valeur sémiologique.

Toute tache blanche de la rétine n’est pas fatalement un exsudat : doit-on prendre cette tache comme affections de la rétine ?

Il ne faut pas prendre pour des exsudats les infiltrats nummulaires profonds que l’on observe dans la leucémie myéloïde.

Ce sont des infiltrats leucocytaires circulaires, d’un blanc terne poudreux, denses, souvent bordés d’un liséré hémorragique, parfois cernés d’une large nappe hémorragique en couronne.

On pourrait prendre pour un exsudat un bouton de choroïdite, s’il est discret, oauté, duveteux, comme il arrive souvent dans le cas de tuberculose miliaire.

On peut aussi très bien prendre pour un exsudat une nappe de prolifération gliale, telle que celle observée dans l’angle de Bourneville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here