Affections de la rétine

0
1140

La rétine, couche nerveuse de l’œil, est par son origine une émanation du cerveau. On peut la concevoir comme un poste avancé, une antenne du cerveau.

Par suite de l’aplatissement des deux feuillets primitifs de la vésicule optique l’un sur l’autre et de la formation de la cupule optique, la rétine est formée de deux feuillets superposé :

Le feuillet externe est devenu la couche de l’épithélium pigmenté, appliquée sur la lame vitrée de la choroïde ;

Le feuillet interne, devenu membrane visuelle, forme à lui seul la plus grande partie de la rétine.

La rétine ces deux feuillets que se fait le clivage, le dédoublement des feuillets, qui constitue le décollement de la rétine.

La rétine
La rétine

La rétine dite visuelle s’étend de la papille à l’ora serrata. Plus avant, les deux feuillets, devenus adhérents l’un à l’autre, ne servent pas à la vision. Ils viennent tapisser les procès ciliaires et la face postérieure de l’iris.

Seule, la rétine visuelle mais pas l’acuité visuelle nous intéresse dans l’étude des affections de la rétine.

La rétine est essentiellement constituée par deux sortes de tissus :

Le tissu nerveux ectodermique

Le tissu nerveux ectodermique, formé de cellules nerveuses réparties en couches superposées, dont chacune représente un neurone différent :

La couche des cellules visuelles, représentée par les grains externes, à prolongements sensitifs terminaux surmontés de cônes et bâtonnets : organes sensitifs terminaux. Elle constitue le neuro-épithélium, hérissé sur l’épithélium pigmenté.

Les cellules bipolaires constituent un neurone intermédiaire.

Le neurone cérébral, formé par les cellules ganglionnaires dont les cylindraxes, devenus, le chiasma et la bandelette, jusqu’au corps genouillé externe : centre visuel primaire.

D’autres cellules nerveuses intercalées représentent, avec leurs prolongements, des organes d’association.

Un tissu d’origine mésodermique

Un tissu d’origine mésodermique, représenté par les vaisseaux qui ont envahi secondairement le tissu nerveux, enveloppés de leur gaine mésodermique.

Mais fait essentiel pour la compréhension du mode de cicatrisation de la rétine, autour des vaisseaux qui circulent entre les éléments nerveux, un tissu glial remplace le tissu conjonctif.

La névroglie forme, autour de la paroi vasculaire, une gaine, un manteau glial qui protège les cellules nerveuses.

Les fibres névrogliques  forment en outre la charpente de la rétine le soutien des éléments nerveux ; elles sont organisées en fibres radiaires qui traversent toute l’épaisseur de la rétine et en lames de séparation.

Les différentes régions de la rétine n’ont pas toutes la même disposition :

La macula est la région noble de la rétine. Située dans l’axe optique, c’est elle qui donne la vision nette des objets. Elle est préparée à ce rôle par une structure particulière.

Elle est constituée exclusivement par des cônes, organes de la perception des formes et des impressions colorées ; les bâtonnets y font défaut.

Chaque cône s’articule avec une cellule bipolaire propre et celle-ci, à son tour, n’a qu’une cellule ganglionnaire et une fibre nerveuse pour conduire l’excitation vers les centres.

En outre, au niveau de la macula, le neuro-épithélium, dégagé de tout obstacle, reçoit la lumière directement.

La macula
La macula

La rétine y est amincie ; les cônes sont déliés, réunis en bouquets pour gagner les grains externes ordonnés sur les parties latérales.

Les vaisseaux s’arrêtent à distance, aussi la macula est-elle particulièrement délicate et fragile. Un désordre pathologique, même très limité, entraîne toujours un trouble notable de la vision centrale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here