L’exophtalmie et diagnostic différentiel

0
1586

L’exophtalmie, ou protrusion en avant du globe oculaire, est un symptôme que l’on observe couramment.

C’est en général un signe d’emblée évident, surtout dans le cas d’exophtalmie unilatérale. En cas de doute, on peut la déceler à l’exophtalmomètre.

L’exophtalmomètre de Hertel, modifié par Rollet, permet de mesurer la saillie de l’œil par rapport au bord externe de l’orbite et ainsi d’en mesurer approximativement le degré.

La saillie de l'œil
La saillie de l’œil

Normalement, la saillie est de 12 à 15 mm. On peut observer des exophtalmies considérables, la saillie atteignant 25 mm.

On dit que l’exophtalmie est légère lorsque le chiffre indiqué est de 15 à 18 mm. Dans le cas d’exophtalmie entraîne peu de troubles.

La diplopie, due au déplacement du globe, n’est pas toujours éprouvée par le malade ; elle est alors décelable au verre rouge, à moins que la fausse image soit reportée dans une partie trop périphérique du champ du regard.

La diplopie, homonyme ou croisée, n’a pas les caractères précis de celle qui résulte de la paralysie d’un nerf.

Diagnostic différentiel

Il ne faut pas prendre pour une exophtalmie bilatérale les gros yeux d’une myopie forte, les gros yeux de la buphtalmie ou du kératoglobe.

L’erreur peut être commise, s’il s’agit de myopie unilatérale. On risque vraiment de la prendre pour une exophtalmie unilatérale.

Une exophtalmie unilatérale
Une exophtalmie unilatérale

Mais l’œil est amblyopie depuis la naissance ; la skiascopie, l’examen ophtalmoscopique ont vite fait de redresser l’erreur.

Valeur sémiologique

L’exophtalmie n’est jamais un signe sans importance. Sa signification peut être immédiatement évidente lorsque, par exemple, elle apparaît à la suite d’une traumatisme et s’accompagne d’une ecchymose.

Le plus souvent cependant, le diagnostic étiologique d’une exophtalmie réclame un examen méthodique :

Les renseignements recueillis sur le mode de début, soudain ou progressif, sur les troubles subjectifs qui accompagnent l’exophtalmie, le contexte clinique donné par l’examen général ;

Les caractères même de l’exophtalmie ; l’examen de la motilité oculaire ; l’examen du fond d’œil ;

Les signes révélés par la palpation ou même l’auscultation de l’orbite ;

La radiographie enfin, qu’il faut toujours pratiquer dans le cas d’exophtalmie, permettront d’orienter, sinon de préciser, le diagnostic étiologique, parfois très délicat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here