L’énucléation de l’œil

1
1450

On ne doit pratiquer l’énucléation de l’œil que lorsqu’il n’est pas possible de faire autrement. Elle a cependant des indications formelles.

Traumatismes

On a abusé de l’énucléation dans les traumatismes. On ne doit pratiquer l’énucléation que dans le cas de grands délabrements du globe.

Traumatisme de l'œil
Traumatisme de l’œil

Une rupture de la sclérotique, même large, ne commande pas l’énucléation, surtout chez les sujets jeunes ; il est presque toujours possible de réparer la coque sclérale.

Même dans les cas de plaies de guerre, lorsque la vision paraît irrémédiablement perdue, il est souvent possible de restaurer le globe dans sa forme.

Un globe oculaire aveugle, conservé dans sa forme vaut mieux qu’une pièce de prothèse, à condition qu’il ne soit pas laid.

Ophtalmie sympathique

Par contre, un œil traumatisé, lorsqu’il est complètement aveugle ou paraît irrémédiablement perdu au point de vue de la vision, doit être énuclée lorsqu’il représente un risque d’ophtalmie sympathique.

C’est le cas lorsque des poussées d’iridocyclite torpide se succèdent sur un œil traumatisé. Dès les 15 premiers jours, si l’œil traumatisé, à peu près aveugle, est le siège d’iridocyclite, il est sage de proposer l’énucléation.

Dans le cas d’ophtalmie sympathique déclarée, le globe oculaire blessé doit être immédiatement énuclée, à la condition formelle qu’il soit complètement privé de vision.

Tumeurs malignes intra-oculaires

La présence à l’intérieur du globe d’une tumeur maligne (gliome de la rétine, sarcome de la choroïde) indique formellement l’énucléation.

On pourrait discuter l’indication d’une opération conservatrice dans le cas de tumeur maligne de l’iris.

Bien que l’extirpation, soit parfois anatomiquement possible, il vaut mieux avoir recours à l’énucléation qui seule assurer une guérison définitive.

Par contre, une tumeur épibulbaire maligne n’impose pas l’énucléation su elle est anatomiquement enlevable.

L’hémorragie expulsive

L’hémorragie expulsive, survenant dans les jours qui suivent une opération impose le plus souvent l’énucléation.

Un œil aveugle, devenu douloureux

Un œil aveugle, devenu douloureux, n’importe pas toujours formellement l’énucléation. S’il s’agit d’un œil atrophique, avec ostéome de la choroïde, devenu douloureux, le risque d’ophtalmie sympathique invite à l’énucléation.

Un œil aveugle de venu douloureux
Un œil aveugle de venu douloureux

De même, en présence d’un œil atteint de glaucome absolu, de venu douloureux, il faut recourir  à l’énucléation, car l’œil renferme souvent un sarcome de la choroïde.

Dans les autres cas, on peut encore envisager la conservation de la coque sclérale.

1 COMMENTAIRE

  1. garcia

    j’ai une DMLA et depuis 5, 6ans on me fait des injections intra vitréenne (18). Tout se passait très bien jusqu’à mon déménagement, je suis maintenant dans le Doubs et les injections ont été reprises à l’hôpital MINJOZ de Besançon. Je m’y suis présentée un jour car je ne voyais plus de mon œil droit, des examens ont montré une hémorragie assez importante dans mon œil. J’ai été opérée et “ils” ont continué à faire des injections POUR RESORBER LE SANG ont-ils dit. Je prenais un anticoagulant , nous avons changé de produit, et toujours l’hémorragie présente. J’ai subi des ponctions (2 pour contrôler l’absence d’infection) et 6 injections d’antibiotiques, tout cela dans le même temps, il n’ont rien trouvé et j’ai souffert atrocement, car aucun anti douleur ne m’a été donné même rentrée à la maison. Puis Ils ont décidé de retirer l’œil….Sur ce je me suis rendue chez un autre spécialiste ophtalmologue à CANNES, il a tout fait pour conserver mon œil . Aujourd’hui je n’ai plus mal, il n’y a plus de sang et surtout j’ai l’impression d’avoir mes 2 yeux
    même si il y a des soins, collyre et autre pommade je me sens bien. Pourtant j’ai une inquiétude pour l’avenir, et j’aimerais savoir à quoi je dois m’attendre avec cet œil !
    Merci à vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here