Contracture du releveur de la paupière

0
5687

La contracture du releveur de la paupière fait partie des troubles de l’appareil moteur des paupières.

Rétraction spasmodique de la paupière supérieure

La rétraction spasmodique de la paupière supérieure veut dire affection de la paupière. Signe de pseudo-Graefe. Elle paraît due à un spasme du releveur strié.

La paupière supérieure, en léger ptosis au repos, se relève brusquement si l’œil est en adduction ou dans les efforts d’élévation ou d’abaissement des yeux.

Ptosis
Ptosis

On l’observe surtout dans la paralysie faciale à la période de régénération. Il paraît s’agir de synergie pathologique.

Il y a erreur de direction des fibres régénérées. Le releveur reçoit des fibres normalement destinées à d’autres muscle.

On l’a signalé à l’occasion de lésions dentaires. La rétraction de la paupière supérieure s’observe parfois associée au syndrome de Parinaud.

Il y a paralysie du mouvement d’élévation du regard. Tandis que le malade s’efforce de regarder en haut, la paupière supérieure se rétracte, tandis que l’œil reste en place.

C’est là un signe de grande valeur que l’on observe dans les tumeurs du méséncéphale, parfois dans l’encéphalite.

Rétraction tonique de la paupière supérieure

Elle paraît due à la contracture du muscle releveur lisse de Müller, par irritation du sympathique. On l’observe :

Dans la maladie de Basedow

Maladie de Basedow
Maladie de Basedow

Dans la maladie de Basedow. La plupart des signes palpébraux décrits dans la maladie de Basedow relever de l’état de contracture du releveur lisse :

Le signe de Dalrymple : élargissement de la fente palpébrale ;

Le signe de Stellwag : rareté du clignement ;

Le signe de Graeffe : lorsque l’œil se porte vers le bas, la paupière supérieure ne suit pas le mouvement ; elle reste en retard, de sorte que la sclérotique est à découvert au-dessus du globe.

Le signe de Graeffe

Le signe de Graeffe s’observe également dans les syndromes parkinsonniens post-encéphalitiques.

Les lésions des tubercules quadrijumeaux

Il s’observe dans les lésions des tubercules quadrijumeaux. C’est pourquoi on a tendance à attribuer aux signes oculaires de la maladie de Basedow une origine diencéphalo-mésencéphalique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here