Affection de la sclérotique

0
1581

La sclérotique, formée de lames de tissu connectif irrégulièrement entrelacées, forme à l’œil une coque résistante, peu vasculaire, légèrement extensible chez l’enfant, inextensible chez l’adulte.

La sclérotique
La sclérotique

Considération générale de l’affection de la sclérotique

Son épaisseur, relativement régulière, varie de 0,6 mm à 1 mm environ.

Il en résulte que la sclérotique peut être correctement incisée sur le plan résistant du globe et qu’elle peut être parfaitement suturée.

A l’occasion de traumatismes de la cornée, elle se rompt franchement ou avec de légères effilochures ; elle peut être, lorsqu’il le faut, convenablement réparée.

A cette fonction simple de protection correspond une structure simple. Étant en soi peu vascularisée, la sclérotique offre a priori un terrain peu favorable à l’infection.

Lésions inflammatoires primitives

On conçoit mal qu’elle puisse être le siège de lésions inflammatoires primitives, développées initialement dans son tissu.

Mais la sclérotique est traversée en différents endroits par des artères perforantes. En arrière, au pôle postérieur du globe, elle est traversée par les artères ciliaires postérieures.

En avant, au voisinage du limbe, elle est traversée, à l’intervalles réguliers, par des vaisseaux perforants émanés du grand cercle artériel de l’iris, anastomosés avec les artères ciliaires antérieures.

On peut se représenter qu’en ces endroits où le cours du sang est ralenti du fait de l’incurvation à angle obtus des vaisseaux, un essaimage microbien peut se localiser.

De même, des produits de désintégration peuvent s’arrêter là ; des déchets, tels que des cristaux uratiques, peuvent s’y accumuler, pour créer là un lieu d’élection des lésions inflammatoires de la sclérotique.

On peut aussi se présenter qu’une infection circonscrite du tractus uvéal antérieur, échappant du fait de son siège à l’observation clinique pour l’examen d’un l’œil, puisse se propager à la sclérotique par la voie des vaisseaux de la sclérotique.

Il ne faut pas perdre de vue enfin qu’un foyer infectant de l’organisme a pu essaimer en même temps dans les artères ciliaires antérieures et dans les artères ciliaires postérieures, de sorte que des manifestations d’uvéite, observées en même temps qu’une inflammation de la sclérotique, ne doivent pas être considérées comme complication d’une sclérite, mais bien comme manifestation concomitante d’un même état infectieux.

Les artères ciliaires
Les artères ciliaires

Ces considérations ne doivent pas être perdues de vue en présence d’un foyer de sclérite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here