Autres tumeurs de la conjonctive

0
6256
Il est possible de se protéger du cancer par des moyens simples et naturels : lisez Anticancer de David SERVAN-SCHREIBER, un best seller.

Et maintenant, des tumeurs inflammatoires de la conjonctive.

Tumeurs inflammatoires

Le granulome télangiectasique

Le granulome télangiectasique, ou bourgeon charnu hémorragique, est le type des tumeurs inflammatoires de la conjonctive.

Il peut siéger en tout endroit de la conjonctive, mais il a son lieu d’élection sur la conjonctive palpébrale ; il veut faire saillie dans la fente palpébrale.

C’est un bourgeon charnu, de couleur rouge vif, pédiculé, parfois entouré à sa base d’un sillon profond.

 

Il se développe à l’occasion de quelque lésion inflammatoire, d’une brûlure, d’une plaie traumatique ou opératoire. Il peut donner lieur à des hémorragies d’une externes abondance.

Le mieux est de l’enlever au galvanocautère, en ayant soin de cautériser ensuite toute la base s’implantation, pour éviter les récidives.

Bourgeons charnus inflammatoires

Des bourgeons charnus inflammatoires, plus pâles, peuvent être en relation avec un corps étranger inclus sous la conjonctive, le plus souvent un fil non résorbable dont l’anse est demeurée incluse au moment de l’ablation des fils, dans l’opération de strabisme.

Le fibrome

Le fibrome est une tumeurs polypoïde molle, saignant aussi facilement que le granulome télangiectasique. Il n’en diffère que par les caractères histologiques du stroma.

Le plasmome

Il en est de même du plasmome, tumeur inflammatoire caractérisée par l’abondance des cellules plasmatiques.

La lymphome de la conjonctive

Lymphome de la conjonctive
Lymphome de la conjonctive

Il s’observe d’aspect larcadé, formant autour de la cornée un bourelet d’apparence chémotique, jaunâtre, translucide, parcouru de vaisseaux, à limites imprecises.

Son aspect est tout à fait caractéristique.

Tumeurs de la caroncule lacrymale

On observe dans cette région :

Des kystes de petit volume, faciles à exptirper ;

Des Papillomes, saillants en chou-fleur, où l’on reconnait, à la lampe à fente, l’aspect en grains de grenade caractéristique du papillome.

Des nœvi, relativement fréquents. On les prend, à l’œil nu, pour un corps étrangers de l’angle interne. L’examen à la lampe à fente montre qu’il s’agit d’une tumeur pigmentée. La vascularisation anormale est le signe d’une dégénérescence maligne fréquente.

Les nœvocarcinomes développés sur les nœvi de la caroncule sont des tumeurs mélaniques d’une extrême gravité.

Un nævus non dégénéré de la caroncule doit être formellement respecté, mais surveillé à la lampe à fente régulièrement. Aussitôt que la dégénérescence en nævocarcinome est évidente, l’extirpation large est indiquée.

Une soude de Bowman introduite dans les canalicules lacrymaux permet de bien exposer la région et de pratiquer l’extirpation sans blesser les canalicules ni le sac lacrymal.

Lacrimal punctum
Lacrimal punctum

Tumeurs du repli semi-lunaire

Elles sont fréquentes. Ce sont :

Des kystes ;

Des nœvi. Comme les naevi de la caroncule, ils se voient sous forme d’un grain noir que l’on prend pour un corps étranger et que l’on cherche à enlever comme tel.

L’examen à la lampe à fente permet de faire le diagnostic. Ils dégénèrent très fréquemment en nœvocarcinomes.

Les naevi du repli semi-lunaire, même non dégénérés, doivent être enlevés par excision large. Les conditions opératoires sont éminemment favorables.

L’extirpation est facile si l’on prend la précautions de tendre le repli semi-lunaire par deux fils placés à distance de la tumeur, qui serviront ensuite à la future de la plaie. On ne doit pas utiliser la pince à dissection au cours de l’ablation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here