Artério-sclérose rétinienne

1
987

L’hypertension des sujets âgés ; artério-sclérose rétinienne apparaît, comme pourrait le faire croire le terme d’artério-sclérose vers l’âge de 40 ans.

Elle peut être cliniquement latente pendant des années ; elle est souvent découverte à ‘occasion d’un examen ophtalmoscopique.

Une sclérose artériolaire

Elle est caractérisée anatomiquement par une sclérose artériolaire qui, d’après les travaux les plus récents, existe en même temps et peut-être initialement dans le rein et probablement dans le cerveau ; mais elle n’est manifeste tout d’abord que sur la rétine.

L’artério-sclérose rétinienne est un tableau ophtalmoscopique qui traduit très fidèlement, depuis le début jusqu’à la mort, l’évolution de la maladie hypertensive. On peut distinguer plusieurs formes évolutives.

Dans certains cas, peu nombreux, l’artério-sclérose rétinienne marque les étapes de la maladie hypertensive, dans sa forme dite hypertension solitaire lorsqu’elle évolue, sans complication organique importante, vers la déchéance finale.

Au début, l’élévation tensionnelle est le seul signe clinique. Le malade ne se plaint d’aucun trouble visuel ; il s’étonne que le médecin l’adresse à l’ophtalmologiste.

Parfois, l’ophtalmologiste lu-même, consulté pour un trouble qui relève de la presbyopie, découvre les signes d’artério-sclérose rétinienne.

La presbyopie
La presbyopie

L’examen ophtalmoscopique, en effet, met en présence d’un tableau caractéristique de l’hypertension artérielle.

Il est fait d’un ensemble de signes qui traduisent, d’une part, la rigidité, l’absence d’élasticité des artères d’autre part, la gêne que la sclérose des artères apporte à la circulation en retour du sang veineux.

Les artères

Les artères, au début du moins, sont pleines, de calibre régulier, mais elles ont perdu leur transparence et ne laissent pas voir la veine, à l’endroit où elles la surcroisent.

Elle ont un reflet brillant, plus large, cuivré ; on dirait un fil de cuivre.

Elles sont parfois sinueuses, lancées en mêche de fouet. Les branches de bifurcation s’écartent et se replient en arrière. Ces signes traduisent l’épaississement et la dégénérescence hyaline de la media.

Les veines

Les veines sont un peu dilatées, elles apparaissent un peu sombres, tortueuses, à reflets brillants.

Le phénomène de croisement artério-veineux

Le phénomène de croisement artério-veineux est le sigle le plus caractéristique et le plus précoce. Il n’est d’abord évident que sur les gros troncs veineux.

Le phénomène de croisement artério-veineux
Le phénomène de croisement artério-veineux

La veine, à l’endroit où elle est croisée par l’artère, apparaît déprimée, comme effacée de part et d’autre de l’artère ; son cours apparaît dévie, parfois en arc, plus souvent en baïonnette.

La veine apparaît comprimée, écrasée par l’artère. Dans les endroits où elle passe en avant de l’artère, on la voit franchir la convexité de l’artère, en arche de pont.

Les examens histologiques ont montré qu’artère et veine, à l’endroit où elles se croisent, sont enfermées dans une signes conjonctive commune où elles sont enserrées comme  dans une embrasse inextensible. De ce fait, si l’artère est sclérosées et dure, elle comprime la veine.

Ces signes vasculaires, déjà caractéristiques, sont, avec l’élévation de tension de l’artère centrale, les seuls signes ophtalmoscopique.

1 COMMENTAIRE

  1. rabia

    bonjour je suis hypertendue TA(modérée)j’ai une acuité visuelle 8/10 j’ai fais un fond d’oeil :artèresgrèles avec quelques signes de croisements artério veineux
    dois- je m’inquiéter pour autant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here