Traitement immédiat des plaies de l’œil

0
2854

Toute plaie du globe oculaire exige un traitement immédiat d’urgence.

Le traitement est un acte chirurgical qui doit être effectué dans des conditions d’instillations convenables. Il vaut mieux ne rien faire que faire les choses à moitiés.

Le médecin appelé auprès du blessé ne doit pas perdre de temps à explorer les lésions, à apprécier leur gravité apparente.

Il doit surtout ne pas perdre de temps — comme il arrive trop souvent — à demander une radiographie pour voir s’il y a un corps étranger.

Un corps étranger dans l'oeil
Un corps étranger dans l’œil

Il doit doit se contenter d’appliquer une pansement aseptique et adresser le blessé vers un centre où il pourra recevoir tous les soins nécessaires.

Dès l’arrivée et quelle que soit la blessure, il est bon de pratiquer une radiographie du crâne, de face. Cette radiographie sera apportée à la salle d’opérations.

Si l’état du blessé le permet, un examen prudent à la lampe à fente peut être pratiqué avec profit.

L’acte chirurgical consiste essentiellement en deux temps : Nettoyage et désinfection de la plaie ; S’il y a lieu, réparation des lésions.

Nettoyages et désinfection de la plaie

Le blessé est préparé comme pour une opération. Un collyre anesthésique est instillé dans l’œil à trois reprises.

Les téguments sont désinfectés, tout autour de l’œil et à distance, au mercurochrome, à l’alcool, à l’alcool iodé.

Les paupières étant ouvertes avec précaution, l’aide de deux releveurs de Desmarres, l’œil est lavé largement, à l’aide d’un flacon laveur, au sérum physiologique.

On profite du lavage pour examiner les lésions.

S’il s’agit de lésions importantes, nécessitant une opération, une injection rétro-bulbaire de scurocaïne à 4 % est pratiquée.

Il est bon d’y joindre une akinésie.

Réparation des lésions

Elle varie suivant les désordres :

L’œil est déchiqueté

L’œil est déchiqueté, vidé de son contenu, des fragments de la coque épars dans l’orbite. Il faut avoir recours à l’énucléation.

Il faut en outre, aller à la recherche des lambeaux épars dans l’orbite ; ils pourraient être la cause d’une ophtalmie sympathique.

Il y a une large plaie de la sclérotique

Il y a une large plaie de la sclérotique, avec issue des membranes à travers la plaie. Il ne faut pas avoir recours à l’énucléation, surtout s’il s’agit d’un sujet jeune.

Il vaut mieux, toutes les fois que cela apparaît possible, éviscérer le globe de son contenu, à l’aide d’une curette emportant en bloc, le sac choroïdien et son contenu, puis tenter un réparation de la coque sclérale, dans laquelle une bille de verre peut être incluse.

S’il s’agit d’une large plaie cornéo-sclérale, avec hernie du corps ciliaire et de l’iris, on peut avoir recours à un traitement conservateur.

Hernie de l'iris
Hernie de l’iris

Le corps étranger est cueilli dans la plaie, à la pince ; les membranes herniées réséquées largement au ras de la plaie.

On effectue ensuite la réparation de la brèche cornéo-sclérale, en plaçant un premier point au limbe, pour en assurer l’exacte coapation.

La cornée et la sclérotique sont suturées à l’aide de fols très fins non perforants.

Si les lèvres de la plaie apparaissent alors imparfaitement coaptées, on peut compléter l’opération par un recouvrement conjonctival total en bourse. Le recouvrement peut avoir été préparé à l’avance.

Cette manière de faire comporte des exceptions :

Si la vision est définitivement perdue et s’il s’agit d’un vieillard ;

Si la plaie est très infectée, souillée de terre ;

Il vaut mieux avoir recours à l’éviscération ou tout simplement à l’énucléation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here