Diagnostic d’une paralysie faciale

0
725

La paralysie faciale peut être d’origine corticale. On l’a signalée comme première manifestation d’une tumeur du lobe frontal.

Les voies cortico-nucléaires

Elle peut plus souvent due à ne lésion intéressant les voies cortico-nucléaires au-dessus du noyau (hémorragie de la capsule interne, lésion pédonculaire).

Il est admis généralement qu’une paralyse faciale relevant d’une lésion située au-dessus du noyau atteint exclusvement les muscles de la face, respectant

  • l’orbiculaire
  • le sourcilier
  • le frontal

Il n’y a pas lagophtalmie. La paralysie faciale est dite centrale. En réalité, le facial supérieur n’est pas absolument épargné. Les paupières semblent se former normalement.

La paralysie faciale centrale
La paralysie faciale centrale

Cependant, si l’on engage le malade à fermer les paupières d’un seul côté, il les ferme du côté sain, tandis que, du côté hémiplégié, la contraction isolée de l’orbiculaire n’est pas possible (signe de l’orbiculaire de Vulpian).

La paralysie faciale, comme l’hémiplégie, siège du côté opposé à la lésion.

L’innervation spéciale pour la mimique

L’interprétation d’une paralysie faciale d’origine centrale est encore compliquée du fait qu’en dehors de l’innervation volontaire des muscles de la face, il existe une innervation spéciale pour la mimique.

Elle est probablement sous la dépendance du thalamus et les fibres suivent la voie lenticulo-rubro-spinale.

Dans le cas de lésion de la voie pyramidale, il y a dissolution de l’innervation faciale volontaire et émotionnelle :

  • le mouvement volontaire est aboli
  • le mouvement émotionnel conservé

Dans le cas de lésions lenticulaires, il y a paralysie faciale du côté opposé ; elle atteint surtout l’innervation émotionnelle, respectant l’innervation volontaire.

Une lésion nucléaire

La paralysie peut être due à une lésion nucléaire. La paralysie faciale est alors habituellement totale. Elle est souvent associée à une paralysie du VI du même côté et à une paralysie des mouvements du regard de latéralité.

La paralysie du VI
La paralysie du VI

Il existe une paralysie faciale congénitale. La paralysie du VII est alors le plus souvent associée à une paralysie du VI. La paralysie est bilatérale : il y a perte des mouvements de latéralité des yeux, associée à la paralysie faciale bilatérale donnant au visage un aspect de masque.

Il s’agit sans doute d’une aplasie de la bandelette longitudinale postérieure. Le syndrome de Mœbius est en général associé à d’autres malformations :

  • doigts surnuméraires
  • doigts palmés

L’affection set compatible avec une longue vie.

Paralysie radiculaire

Lorsque les faisceaux sont atteints dans la traversée du tronc cérébral : paralysie radiculaire, il s’agit presque toujours d’une paralysie alterne : syndrome de Millard-Gubler (paralysie du VIe et du VII du côté de la lésion, hémiplégie du côté opposé).

Paralysies tronculaires

Le facial peut être atteint dans la traversée des espaces sous-arachnoïdiens, en même temps que l’auditif. Il en est ainsi”dans les tumeurs de l’angle ponto-cérébelleux.

Les lésions du facial dans le canal de Fallope

Les lésions du facial dans le canal de Fallope s’accomapagnent de signes qui traduisent la participation du ganglion géniculé, la participation de la corde du tympan.

Seules les lésions du ganglion géniculé intéressent directement l’ophtalmologiste. C’est ainsi que dans le syndrome du ganglion géniculé (zona géniculé), caractérisé par les douleurs dans l’oreille, l’apparition de vésicules d’herpès dans le pavillon de l’oreille (zone de Ramsay-Hunt), on voit apparaître une paralysie faciale, accompagnée de perte du goût dans les 2/3 antérieurs de la langue (corde du tympan).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here