Déviation conjuguée de la tête et des yeux

0
992

C’est la manifestation d’une paralysie des mouvements associés des yeux du côté opposé à la déviation, bien que, apparemment, elle la masque tout d’abord.

Il n’est pas rare, dans les suites immédiats d’un ictus apoplectique, par hémorragie ou ramollissement cérébral, d’observer que le malade maintient la têt et les yeux tournés du même côté.

C’est précisément l’étude de ce phénomène qui a conduit à la connaissance des paralysies des mouvements associés des yeux.

La tête du malade est tournée d’un côté, ainsi que les yeux. C’est pourquoi la déviation des yeux n’est pas apparente. Elle devient évidente quand on redresse la tête.

La lésion cérébral

La lésion cérébral entraîne habituellement une hémiplégie. En règle générale, la déviation conjuguée de la tête et des yeux se faut du côté de la lésion cérébrale.

La lésion cérébral
La lésion cérébral

On a coutume de dire, comme moyen mnémotechnique, que le malade regarde sa lésion et de détourne de ses membres paralysés.

Dans les cas plus rares où la lésion s’accompagne de contracture ; la déviation se fait du côté opposé à la lésion : le malade regarde ses membres contracturés.

La déviation conjuguée de la tête et des yeux est due à l’action non contrebalancée de l’hémisphère cérébral opposé.

C’est un phénomène transitoire que l’on observe au début, à la phase de cona. Dès que le malade reprend connaissance, la déviation de la tête cesse et la paralysie des mouvements associés des yeux est rendue manifeste.

Lésion de l’hémisphère

Supposons le malade atteint d’une lésion de l’hémisphère droit avec hémiplégie gauche. Si on place le malade dans le décubitus dorsal et qu’on l’invite à regarder à gauche, les globes oculaires se déplacent, d’un mouvement continu ou par secousses nystagmiformes mais s’arrêtent sur le méridien sagittal.

Lésion de l'hémisphère
Lésion de l’hémisphère

Abandonnés à eux-mêmes, ils reprennent leur position initiale.

La déviation conjuguée de la tête et des yeux relève théoriquement d’une lésion de la voie cortico-nucléaire, entre le centre frontal des mouvements volontaires et la protubérance.

En réalité, toute lésion corticale ou sous-corticale, qu’elle soit pariétale, temporale ou occipittale, peut donner lieu à la déviation conjuguée de la tête et des yeux.

Ce signes ne donne d’indication que sur le côté de la lésion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here