Les troubles du vitré

1
2269

Certains troubles du vitré sont la manifestation d’une lésion inflammatoire aiguë du tractus uvéal.

Le trouble poussiéreux du vitré

Le trouble poussiéreux du vitré postérieur est le signe, très caractéristique, d’une choroïdite aiguë syphilitique, mais il s’observe également dans les formes aiguës de choroïdite tuberculeuse.

L’acuité visuelle est un peu diminuée. Le malade se plaint que les objets lui apparaissent voilés, comme par un brouillard, par un nuage qui s’étendrait devant son œil.

A l’examen ophtalmoscopique, on est d’abord étonné de ne pas voir nettement le fond d’œil. La papille hyperhémiée transparaît à travers le trouble comme un soleil dans le brouillard ; c’est à peine si l’on entrevoit les vaisseaux.

Cependant, lorsqu’on examine vers la périphérie, les vaisseaux redeviennent visibles. Le trouble est en effet localisé au pôle postérieur.

On peut l’observer au miroir plan, mais c’est à l’ophtalmoscope électrique qu’on l’observe le mieux, en faisant varier le point, en se servant d’une lentille converse allant de 5 à 10 ‏δ. Une sorte de brouillard voile le fond d’œil.

Il est formé d’une poussière de grains extrêmement fins. Le nuage de poussière, plus ou moins dense, ondule sur place, animé d’un léger remous.

Nuage de poussière
Nuage de poussière

Après quelques jours, le voile se dissipe, laissant apparaître les boutons de choroïdite qu’il masquait.

On voit alors, de jour en jour, le brouillard se condenser en de petits flocons qui se plaquent au voisinage immédiat de la rétine, au-devant des vaisseaux, comme s’ils étaient condensés par la chaleur des vaisseaux.

Un chapelet de nodules blancs s’installe ainsi au-devant des vaisseaux de la rétine, leur donnant une apparence segmentée.

Le trouble jumenteux du vitré

Le trouble jumenteux du vitré n’est peut-être qu’une forme évoluée du trouble poussiéreux.

Desmarres décrivait sous ce terme un trouble qui rappelle l’urine des herbivores. C’est  un trouble floconneux et filamenteux qui occupe tout le vitré.

Les opacités ondulent sur place comme des algues marines, donnant l’impression que le vitré est pris en masse, comme visqueux.

Le trouble persiste longtemps sans grandes variations. Il paraît traduire une organisation du vitré.

De Wecker croyait à une affection propre du vitré. Le trouble est en réalité symptomatique d’une uvéite torpide, évoluant de façon traînante vers l’atrophie du globe.

Le trouble poussiéreux du vitré antérieur

Le vitré antérieur
Le vitré antérieur

On observe assez souvent au cours des formes sévères d’irido-cylcite, des opacités du vitré antérieur . Elles ont tendance à se déposer à la surface postérieure du cristallin sous forme d’amas leucocylaites.

Elles rappellent, par leur apparence, les précipités dits de descemétite que l’on observe en même temps à la face profonde de la cornée.

Vogt considère ces exsudats comme symptomatiques de l’ophtalmie sympathique ; ils peuvent en être la première manifestation.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here