La médication hormonale

0
556

Pour la médication hormonale, La cortisone, ou composé E. De Kendall, est l’une des nombreuses hormones sécrétées par la corticosurrénale.

Cortisone et ACHT

Pour la médication hormonale, la cortisone fait partie de groupe des II-oxycorticoïdes ; c’est la 17-hydroxy-II-déshydro corticostérone.

Hench, Kendall, Slocumb et Pauley ont été les premiers, en 1949, à faire connaître ses effets.

Les sécrétions de cortisone par la surrénale est commandée par une hormone hypophysaire : l’ACHT (adréno-cortico-tropic-hormone), produite par les cellules basopholes de l’hypophyse antérieure.

Schéma de l'hormone hypophysaire
Schéma de l’hormone hypophysaire

L’ACHT a été isolée dès 1943 par deux groupes de chercheurs travaillant indépendamment les unes des autres : LEE, Simpson, et Evans d’une part, Sayers, White et Long d’autre part. Elle est préparée actuellement à partir de l’hypophysaire du porc.

Propriétés biologiques

La cortisone, comme l’ACHT, possède certaines propriétés biologiques :

Elle détruit certaines protéines tissulaires et les transforme en glucose, dont elle favorise la conversion en glycogène, qui est stocké dans le foie et les muscles ; c’est l’hormone sucrée ou protéino-glucidique d’Albright ;

Elle augmente l’élimination rénale de l’acide urique et du glucose ;

Elle modifie la formule sanguine, augmente les globules rouge, les granulocytes et les plaquettes, mais diminue lymphocytes et éosinopholes. Elle réduit aussi le volume des formations lymphoïdes ;

Surtout, elle empêche ou fait régresser les infiltrats inflammatoires expérimentaux (abcès térébenthiné, granulome allergique).

Elle diminue l’afflux fibroblastique dans le foyer inflammatoire et, de ce fait, prévient la sclérose.

Ces diverses propriétés, et notamment cette action anti-inflammatoire, expliquent les multiples indications thérapeutiques de l’hormone : rhumatismes aigus et chroniques, affections allergiques diverses.

Si les résultats obtenus sont spectaculaires, ils sont éphémères, car il be faut pas oublier que la cortisone et l’ACHT sont des hormones aux effets passagers.

En ophtalmologie, de nombreuses publications permettent déjà d’entrevoir les indications thérapeutiques.

La cortisone a été employée en injections sous-conjonctivales ou en injections intra-ténoniennes dans les formes d’iritis associée à la spondylose rhizomélique où elle paraissent avoir ses indications les plus évidentes.

Les résultats ont été favorables sinon spectaculaires. On a étendu les indications au traitement des iritis en général et des affections du tractus uvéal.

Iritis
Iritis

C’est dans le traitement de l’ophtalmie sympathique que la cortisone, aussi bien que l’ACHT, ont affirmé jusqu’ici leur valeur souveraine. Des cas de guérison rapide et indiscutable ont été publiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here