Autres traitements des complications de la myopie

0
800

Il est toujours préférable de prévenir la myopie ; toutefois, il est possible qu’une personne atteinte de la myopie présente des complications.

Que faut-il faire si cela se produit ?

Traitement des complications

La fatigue visuelle

La fatigue visuelles, due à l’asthénopie musculaire, si fréquente chez les myopes jeunes, commande en premier lieu la correction exacte de la myopie.

Elle permet la lecture de près à une distance plus grande, qui exige un moindre effort de convergence ; elle sollicite en même temps l’accommodation ; ainsi se trouve rétabli l’équilibre entre convergence et accommodation.

Si la correction exacte ne suffit pas, on peut avoir recours, après quelques semaines, au décentrement des verres ; il consiste à déplacer le centre des verres en le portant en dehors de la ligne visuelle (l’écartement des centres des 2 verres est alors plus grand que l’écart entre les 2 pupilles).

L’effet prismatique léger obtenu par le décentrement a pour but de diminuer l’effort de convergence.

Comme il s’agit, le plus souvent, de sujets névropathes, il est bon de conseiller, pour quelque temps, le repos visuel complet, le port de verres coquilles fumés, un exercice modéré au grand air.

Les même règles d’hygiène seraient conseillées pour les mouches volantes.

Les complication évolutives

Les complication évolutives de la myopie maladie, qu’il s’agisse d’une hémorragie maculaire ou de tout autre signe traduisant une lésion évolutive du fond d’oeil, imposent le repos visuel absolu, autant qu’il est possible de l’obtenir du malade, et le port de verres fortement teintés.

Les sports violents : équitation, motocyclette, saut, doivent être formellement et définitivement interdit.

Une hygiène alimentaire sévère, avec suppression des alcools, sera prescrite.

Une poussée nouvelle est souvent l’indice d’un fléchissement de l’état général ; c’est pourquoi un examen médical général s’impose alors, en vue de déceler la cause d’un état infectieux latent (examen de la denture, examen de l’appareil urinaire…).

En l’absence de toute cause connue, un traitement médicamenteux peut cependant être prescrit : la médication iodée (sous forme d’iodure de potasium), le calcium, en injections intra-veineuses, la vitamine B1, sont à recommander.

Les sulfamides, la pénicilline peuvent être utilisées dans le cas de poussés évolutive que traduit une hémorragie maculaire.

Les injections sous-conjonctivales de sublimé ou de cyanure de mercure (5 gouttes d’une solution à 1/3000), de chlorure de sodium à 5 %, répétées chaque semaines pendant 1 ou 2 mois, ont joui d’une grande vogue.

La thérapeutique tissulaire semble donner de bon résultats.

Prophylaxie de la myopie

Il n’existe peut-être pas de traitement prophylactique véritablement efficace de la myopie.

Il est bon néanmoins, dans le but de prévenir la myopie, tout au moins d’éviter l’aggravation progressive d’une myopie, d’assurer, pendant la période scolaire les meilleures conditions possibles dans l’exercice de la vision :

  • la salle d’études doit être bien éclairée
  • la position de l’enfant pour la lecture et l’écriture doit être assurée de façon convenable par la position inclinée du pupitre
  • un siège de hauteur adaptée à sa taille, de façon à éviter les attitudes vicieuses.
  • Il faut veiller à ce que l’enfant lise et écrives à une distance de 30 à 40 cm, sans incliner la tête ni l’approcher de ses livres.
  • l’écriture droit doit être préférée à l’écriture inclinée

Orientation professionnelle

Les myopes forts se créent une vie à part et choisissent eux-mêmes la pression qui leur convient.

Au myopes de faible degré on peut conseiller la profession d’horloger, de typographie , exigeant une bonne vision pour le travail de près.

Traitement opératoire de la myopie forte

On peut agir sur la myopie forte en enlevant le cristallin transparent.

Opération oeil
Opération oeil

Partant de la notion qu’un oeil aphaque, privé de cristallin à la suite de l’opération de cataracte par exemple, devient hypermétrope, de 12 dioptries, on peut théoriquement espérer rendre emmétrope un myope de 12 dioptries en enlevant le cristallin.

Le cristallin joue, dans l’oeil normal, l’effet réfringent d’une lentille convexe de 12 dioptries ; après opération de cataracte, il faut, s’il s’agit d’un emmétrope, placer devant l’oeil une lentille convexe de 12 dioptries.

En réalité, l’extraction du cristallin transparent, d’un oeil fortement myope, équivaut à enlever une lentille convexe de 18 à 20 dioptries.

  • c’est donc dans le cas d’une myopie à 16 à 24 dioptries que l’on a des chanches de rendre l’oeil à peu près emmétrope
  • au-dessous de 16 dioptries, l’oeil myope devenu aphaque devient hypermétrope
  • au-dessus de 24 dioptries, il demeure encore un peu myope

L’extraction du cristallin transparent est donc particulièrement indiquée dans la myopie dépassant 16 dioptries.

Mais l’opération ne modifie évidement pas les altérations du fond d’oeil : la vision obtenue par l’extraction du cristallin demeure soumis à la qualité de la rétine.

Il y a intérêt à opérer les sujets encore jeunes, entre 15 et 30 ans.

Entre ces 2 âges, le cristallin, encore mou, se liquéfie facilement au contact de l’humeur aqueuse.

On peut donc avoir recours à la discision, suivie de l’aspiration des masses.

A un âge plus avancé, on serait obligé d’avoir recours à l’extraction totale du cristallin ; ce n’est d’ailleurs pas une contre-indication.

Après l’opération, il restera à déterminer la réfraction de l’oeil et à prescrire les verres correcteurs qui seront, selon le cas, convexe ou concaves.

Les résultats de cette opération, dont les indications doivent être posées à bon escient, sont en général favorables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here