Valeur sémiologique de la paralysie oculaire

La valeur sémiologique de la paralysie est, elle-même, le plus souvent déterminée par le contexte clinique qui l’accompagne.

La paralysie oculaire se manifeste à l’occasion d’une affection bien déterminée :

  • traumatisme
  • tumeur ou inflammation voisine de l’orbite ou des troncs nerveux de la base
  • maladie infectieuse
  • intoxiaction

L’affection causale est connue. L’ophtalmologiste est appelé à donner son avis sur la valeur sémiologique de la paralysie oculaire.

Affection au voisinage de l’orbite

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Associée à une affection qui se manifeste le plus souvent par une exophtalmie, la paralysie oculaire témoigne d’un processus qui retient sur les troncs nerveux dans leur trajet au voisinage du sinus caverneux, dans la traversée de la fente sphénoïdale.

Sinus caverneux

Sinus caverneux

Son étude permet de préciser la localisation de la lésion, d’en apprécier la progression.

La thrombo-phlébite du sinus caverneux

Dans la thrombo-phlébite du sinus caverneux, le VI est le premier atteint ; lorsque sa paralysie set bilatérale, elle témoigne de la propagation de l’infection au côté opposé.

Au cours de l’évolution, une ophtalmoplégie totale peut s’installer, réalisant le syndrome de la paroi externe du sinus caverneux.

L’exphtalmos pulsatile

Dans l’exphtalmos pulsatile, le VI, située au contact immédiat de la carotide est le premier atteint.

Une ostéo-périoste syphilitique de l’orbite

Elle peut ne se manifester cliniquement que par le syndrome de la fente sphénoïdale.

Une tumeur voisine de l’apex orbitaire

Une tumeur voisine de l’apex orbitaire, un méningiome de la petite aile du sphénoïdale peuvent également donner lieu soit au syndrome de la fente sphénoïdale, soit au syndrome de l’apex, accompagné de vives douleurs s’il s’agit d’une tumeur maligne.

Les tumeurs du naso-pharinx propagées à base du crâne se manifestent parfois de façon caractéristique par le syndrome du carrefour pétro-sphénoïdal de Jacod : paralysie successive du VI, puis du IV, puis du III.

Les tumeurs du sinus maxillaire

Les tumeurs du sinus maxillaire propagées à la base se manifestent par le syndrome du plancher de l’orbite ou de la fosse prérygo-palatine caractérisé par l’anesthésie dans le territoire du nerf maxillaire supérieur, accompagnée de névralgies (anesthésie douloureuse), par l’arrêt de sécrétion des larmes, la paralysie du VI.

Tumeurs du sinus maxillaire

Tumeurs du sinus maxillaire

Au cours des otites et des mastoïdites, il arrive que l’on observe une paralysie isolée du VI, plus rarement du III. Elles sont sans doute en relation avec un processus méningitique de la base.

Le syndrome de Gradenigo-Lannois, caractérisé par l’association à une otite d’une paralysie du VI, accompagnée de phénomènes douloureux dans le territoire du trijumeau, attire l’attention sur la propagation du processus inflammatoire à la pointe du rocher.

Il n’est pas exceptionnel au cours d’une maladie infectieuse ou à son déclin (fièvre typhoïde, grippe, érysipèle, oreillons, rhumatisme infectieux), de voir survenir une paralysie oculaire.

La paralysie du III s’observe parfois dans le tétanos céphalique (tétanos ophtalmoplégique).

Dans le zona ophtalmique, les paralysies oculaires ne sont pas exceptionnelles.

On observe le plus souvent la paralysie du VI, plus rarement celle du III. Ces paralysies régressent le plus souvent.

Ajouter un commentaire