Ophtalmie sympathique

Toute blessure de l’œil  fait courir un risque à l’autre œil. C’est là une notion connue du public. Il y a ophtalmie sympathique.

Plus précisément, l’ophtalmie sympathique est une inflammation intéressant spécifiquement le tractus uvéal entier : iris, corps ciliaire, choroïde ; c’est une uvéite.

Elle survient le plus souvent à la suite d’une plaie pénétrante de l’œil et se manifeste :

D’une part et d’abord sur l’œil blessé, dit œil sympathisant.

D’autre part, peu après, sur l’œil adelphe, dit œil sympathisé.

L’uvéite, une fois installée, évolue parallèlement et avec une analogie évidente sur les deux yeux (avec la réserve que le tableau clinique, sur l’œil blessé, est souvent altéré par les signes qui relèvent des altérations traumatiques elles-mêmes).

Étiologie

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

L’ophtalmie sympathique est devenues heureusement rare ; elle est devenue trois fois rare qu’il y a 50 ans, comme si le règne de l’asepsie en avait modifié la fréquence. On l’observe cependant encore dans 2 % environ des cas de blessure de l’œil.

Comme elle succède à un traumatisme, elle est plus fréquente chez l’homme. On l’observe à tous les âges et très souvent chez l’enfant.

Les plaies pénétrantes

Les  plaies pénétrantes du globe

Les plaies pénétrantes du globe

Les plaies pénétrantes du globe en sont la cause la plus fréquente. Ce ne sont pas les plaies larges ni les plaies très infectées, mais au contraire les plaies petites, apparemment peu septiques qui sont en cause et, parmi celles-ci, les plaies de la région ciliaire ou du limbe, qui s’accompagnent habituellement de hernie de l’iris.

La présence d’un corps étranger intra-oculaire est une cause prédisposante.

Les traumatismes opératoires

Les traumatismes opératoires eux-mêmes sont parfois suivis d’ophtalmie sympathique l’opération de cataracte, compliquée d’incarcération de l’iris ou de la capsule cristallinienne, opérations sur l’iris, tatouage d’un leucome adhérent de la cornée).

On a observé l’ophtalmie sympathique, exceptionnellement, à l’occasion de traumatismes apparemment fermés du globe.

L’ulcère de la cornée

L’ulcère de la cornée y expose, surtout lorsque, après perforation, il persiste au cours de l’évolution d’une tumeur de la choroïde, dans les formes surtout qui s’accompagnent d’irido-cyclite.

On admet alors qu’elle apparaît à la faveur des processus de nécrose qui se passent dans la tumeur.

La date d’apparition des accidents est très variable. L’ophtalmie sympathique ne fait jamais son apparition avant que 15 jours soient écoulés depuis la blessure de l’œil.

Le plus souvent, elle se manifeste avant la fin du 2 e mois, souvent encore au cours des 6 premiers mois ou de la première année.

Mais elle peut apparaître tardivement sur l’œil resté sain, après de nombreuses années, alors que le globe blessé est devenu un moignon atrophique.

Ulcère de la cornée

Ulcère de la cornée

L’ophtalmie sympathique est alors annoncée par l’apparition, sur ce globe atrophique, surtout s’il y a ossification de la choroïde, par des phénomènes inflammatoires douloureux

Ajouter un commentaire