Les méningiomes et les tumeurs cérébrales

Il est possible de se protéger du cancer par des moyens simples et naturels : lisez Anticancer de David SERVAN-SCHREIBER, un best seller.

Les méningiomes représentent environ 12 % des tumeurs cérébrales. Ce sont des tumeurs développées aux dépens des formations arachnoïdiennes.

Les méningiomes

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Elles sont implantées sur la dure-mère, soit sous forme de tumeur circonscrite, mûriforme, épanouie en champignon (méningiome circonscrit).

Soit sou forme d’une masse étalée (méningiome en plaque).

Ce sont des tumeurs bénignes, à évolution lente. Elles dépriment et refoulent le substance cérébrale ; elles compriment le nerf optique ou le chiasma.

Le chiasma

Le chiasma

Parmi les lieux d’implantation très divers, qui coïncident en général avec le siège des granulations de Pacchioni, ceux qui intéressent plus spécialement l’ophtalmologiste sont :

Le méningiome du sillon olfactif, qui peut comprimer le nerf optique ;

Le méningiome du tubercule de la selle, qui comprime le chiasma en le chargeant sur son dos ;

Le méningiome de la petite aile du sphénoïde, qui peut être développé : dans la partie interne, au voisinage du nerf optique ; à la partie moyenne, au voisinage du ptérion ;

Les méningiomes parasagittaux, développés sur le territoire du sinus longitudinal supérieur ;

Le méningiome de la faux du cerveau ;

Le méningiome implanté au voisinage du pressoir d’Hérophile.

La tumeur peut se manifester extérieurement par une voussure osseuse visible et palpable.

Les signes oculaires sont souvent la première manifestation clinique. Ce sont des signes de compression directe du nerf optique ou du chiasma.

Ce peuvent être des signes de compression à distance des radiations optiques (méningiome de la faux du cerveau).

Une méningiome de la petite aile, envahissent l’orbite, se traduit parfois par une exophtalmie.

Les méningiomes sont des tumeurs essentiellement justiciables de l’extirpation chirurgicale.

Au niveau du chiasma

La voie optique peut être atteinte au niveau du chiasma.

L’atrophie optique, dans ce cas, ne s’installe que tardivement.

S’il s’agit de tumeur intra-sellaire, le déficit du champ visuel, c’est-à-dire l’hémianopsie bitemporale, est décelable bien avant que se manifeste le trouble visuel, bien avant que s’installe l’atrophie optique.

Dans le cas de crânio-pharyngiome, il n’est pas rare d’observer une papille à la fois atrophique et œdémateuse.

Dans la bandelette optique

La voie optique peut être atteinte dans la bandelette optique.

L’atrophie optique, apparaissent tardivement lorsqu’elle apparaît, vient alors confirmer que l’hémianopsie homonyme relève d’une lésion de la bandelette.

Les anomalies vasculaires de la rétine. Lorsqu’on les observe à l’examen du fond d’œil, elles ont une valeur de tout premier plan.

Une angiomatose de la rétine, observée au fond d’œil, doit immédiatement évoquer l’angiomatose kystique du cervelet.

Angiomatose

Angiomatose

Un anévrysme circoïde de la rétine doit immédiatement évoquer un anévrysme artério-veineux du cerveau.

Un angiome de la choroïde, surtout s’il est associé à des malformations vasculaires de la rétine, doit évoquer une tumeur vasculaire du cerveau.

En présence de l’une ou de l’autre de ces lésions, l’ophtalmologiste doit immédiatement demander l’avis d’un neurologiste.

Un commentaire

  1. miloud saadia

Ajouter un commentaire