Le massage et pansement oculaire

Le massage des paupières peut être utilisé pour activer l’action en profondeur du médicament.

Le massage

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

L’application de la pommade est alors suivie d’un massage avec la tête sphérique de la baguette de verre.

Le massage par pression et frottement des paupières l’une sur l’autre peut être indiqué dans les blépharites séborrhéiques, dans les affection des glandes de Meibomius, pour vider les glandes de leur contenu.

Les paupières sont saisies entre le pouce et l’index. L’index abaisse la paupière supérieure tandis que le malade regarde en bas ; le pouce remonte la paupière inférieure tandis que l’œil regarde en haut.

Les paupières sont amenées ainsi à éverser leur bord libre. On peut alors exercer le massage par pression et par frottement des deux bords l’un sur l’autre, sans exercer de pression sur le globe.

Pansement oculaire. Bandeaux

Pour nettoyer un œil, enlever les sécrétions conjonctivales, libérer une fausse membrane, débarrasser le bord ciliaire des paupières des squames ou des sécrétions qui agglutinent les cils, on se sert en général de tortillons (baguette de coton roulé en forme de cigarette) que l’on emploie,, suivant le cas, secs ou imbibés de sérum physiologique.

Pansements oculaire

Le pansement que l’on applique sur l’œil st fait d’une couche épaisse et régulière d’ouate hydrophile entre deux lames de gaze. Il est de forme circulaire ou triangulaire.

Le pansement oculaire

Le pansement oculaire

Dans certains cas (irido-cyclite tramatique), on peut imbiber le pansement de sérum physiologique mais, en règle générale, les pansements humides sont peu utilisés en ophtalmologie en raison de la fragilité des paupières ; le pansement humide favorise l’eczéma.

Bandeaux

En règle générale, il ne faut pas abuser des pansements occlusifs appliqués sur l’œil. Il ne faut les appliquer qu’à bon escient.

Le pansement occlusif est particulièrement contre-indiqué sur un œil atteint de conjonctivite ; l’occlusion exalte la virulence microbienne.

De même, après une opération sur les paupières, sauf dans le cas où une autoplastie nécessite un pansement légèrement compressif, il vaut mieux ne pas placer de pansement occlusif.

Parfois même, on peut se passer de tout pansement. Le plus souvent, il suffit de placer au-devant de l’œil opéré une simple compresse de gaze, un voile semi-flottant, maintenu par un adhésif appliqué sur le front.

Le pansement occlusif est cependant indiqué dans les affections de la cornée (érosion traumatique, ulcère à hypopyon, ulcère marginal).

Il peut être maintenu, pendant le jour, par un simple bandeau de toile ou par une coque fenêtrée légère en carton, mais il est mieux, pour la nuit surtout, de fixer le pansement par un bandeau (bandage roulé monoculaire).

Après les opérations sur le globe (iridectomie par exemple), le pansement occlusif est indispensable. Maintenu par un bandeau, il assure la mise au repos de l’œil.

L'iridéctomie

L’iridéctomie

Il doit être bilatéral dans les cas où l’on désire assurer de façon parfaite la mise au repos des yeux (opération de cataracte, opération pour décollement de la rétine, plaie de la cornée).

Les coques oculaires fenêtrées, telles que la coque de Saint-Martin, ont l’avantage de protéger le globe opéré les traumatismes éventuels auxquels il est exposé.

 

Ajouter un commentaire